Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 371

0

avril 15, 2018 par Nicole Guihaumé

prophétie holzhauser

Mon cher Bill,

L’intention de notre Créateur, son intervention, se dégage de mon fichier d’octobre 2011. J’en avais été très étonnée. Je le suis toujours. Quantité d’aspects de ma personne et de ma trajectoire étaient nécessaires pour que nos routes se croisent, dont certains m’ont dérangée, que je n’ai pas réussi à modifier. Je te donne un exemple immédiat : j’ai toujours privilégié l’écriture de mon journal quand j’avais peu de temps disponible, laissant, en pareil cas, le ménage attendre. Déjà que je n’ai pas de goût pour le faire, cette priorité donnée a renforcé une forme de détachement. Je peux vivre dans un intérieur désordonné, pas me priver d’écrire. Ici, dans cet appartement où je vis depuis le 15 mai 1998, j’aurais beaucoup plus facilement ouvert ma porte si l’ordre avait régné. En pareil cas, je n’aurais jamais tenu la durée que j’ai tenue toute entière focalisée sur la compréhension des signes reçus, j’en aurais été évidemment déroutée. Si je suis bordélique quand le temps est limité, et impose des choix, je me refuse à ouvrir ma porte sur un intérieur en désordre.

Cet exemple peut sembler tiré par les cheveux, anodin. Il a pourtant été inscrit de façon majorée par ma relation à maman. Elle a compris avec recul les conséquences de sa dépression, et des demandes importantes qu’elle a fait peser sur moi, en a été désolée. Elle avait pris ce pli, quand elle venait me voir, de me répéter sans cesse de laisser le ménage, que j’avais mieux à faire, presque de m’écarter pour le faire à ma place. Ça peut sembler anodin, et ça le serait peut-être si à tant de niveaux des caractéristiques précises n’avaient pas participé à ce qui s’est passé. Un autre exemple est mon rapport à l’écriture, sans lequel rien ne pouvait tenir. Il est entièrement lié à mon explication avec papa, en juin 1980. Pour qu’elle ait lieu et ait les conséquences qu’elle a eues, il fallait que le divorce m’ait été caché en 1968, quand il a été prononcé, qu’en 1976, quand elle me l’a enfin appris, maman me demande de lui cacher que je le savais, qu’entre 1976 et 1980, Chantal et Brigitte me prennent pas la tête pour renforcer cet interdit, qu’en 1980, je me sois sentie en danger psychique, et lui demande enfin que nous parlions. Sans tous ces prérequis, si j’ai toujours aimé écrire, je n’aurais certainement pas eu le besoin que j’ai eu de le faire pour garder trace, du fait des problèmes de mémoire que cet échange a provoqués.

Il a fallu quantité de prérequis pour que j’arrive chez Microsoft, et chacun, en lui-même, en demandait d’autres. Ma vie même, avant Microsoft, semble porter la signature d’une organisation voulue. Je suis née à 22h20, le 30 novembre 1959, après que maman, seule avec ses 4 enfants, a perdu les eaux, déclenchant chez eux un fou-rire irrépressible qui a longtemps fait partie des légendes familiales. À leur évocation de «Oh! maman fait pipi, maman fait pipi», elle répondait amusée qu’ils avaient moins ri quand elle avait appelé l’ambulance. Il était tard, et ma naissance aurait pu se dérouler normalement, si la décision n’avait pas été prise de l’accélérer. Sans la piqûre faite, je naissais le 1° décembre, et je n’avais pas mon 666, 6 ans, 6 mois, 6 jours, quand mon voisin s’est suicidé. Découvrir cet âge, à cette date, en 2005, a eu un tel effet sur moi, me permettant de dépasser un malaise que je vivais depuis, et dont la constance était des plus dérangeantes, que je pense qu’enfant j’ai dû l’observer et en être troublée. Je suis la seule des cinq à n’avoir pas suivi les cours de catéchisme, papa prétendant que je n’avais rien à y faire. Sans ce 666, je n’arrivais pas à Salem, en octobre 2011. J’ai noté tout ça pendant que je cherchais à comprendre. Je ne peux nier que je me suis toujours questionnée sur l’étrangeté de ma vie, sur le fait qu’à certains niveaux, je n’ai aucune prise, le mieux que je puisse faire étant de l’accepter, de faire avec, en guettant avec espoir le moindre changement, avant d’observer que la caractéristique identifiée avait une fonction nécessaire.

On m’a mil fois reproché d’être trop mentale, pas assez intuitive. Je n’ai jamais réussi à changer cet aspect, observé jusque sur mon front, quand j’ai servi de modèle à des étudiants en morphopsychologie en 1994. Il était étonnamment différencié pour une femme. Si on m’enlève mon mental, je n’ai pas les ressources qui m’ont permis de tenir, et d’arriver à Salem. En octobre 2011, j’écrivais que mon identification de Salem avait été voulue par notre Créateur, que ce qui s’était déroulé depuis était une démonstration dont le but central était la reconnaissance par tous de la réalité de la réincarnation, et son intégration dans nos cultures. Si j’ai un minimum de logique, et que je situe cette démonstration dans le contexte plus général de contact avec les autres planètes, ce qui me semble évident est que cette reconnaissance est nécessaire pour qu’il se passe bien, mais nécessaire avec tout ce que la façon dont j’y suis arrivée permet de comprendre. Donc avec son sens, et en incluant l’intention de notre Créateur dont la signature dans quantité de détails de ma trajectoire n’est pas là par hasard ni pour rien. J’en reviens évidemment à ce qui m’a fait si fortement réagir en octobre 2011 :

prophétie holzhauser-
Je ne peux, moi, depuis ma position, que poser genou à terre, percevant enfin un sens à tout ce qui m’en a semblé dépourvu. Mil fois je me suis demandé comment je m’y prenais pour, me sachant reconnue pour des caractéristiques précises auxquelles je voyais bien que des personnes qualifiées attribuaient de la valeur, ne pas réussir à les actualiser. En octobre 2011, j’écrivais que l’empêchement avait organisé ma vie, et c’est vrai, alors que je ne crois pas me tromper si je t’écris que je me pense plutôt plus volontaire que la moyenne. C’est ça qui me fait poser genou à terre, ça que j’entends comme une exigence de reconnaissance. Exactement comme il y a peu, et je te l’ai écrit, le nom de Michel s’est à nouveau imposé à moi, et j’ai eu un recul, avant, en arrivant chez moi, de m’entendre le prononcer à haute voix. Le seul mot qui m’est venu est recadrage. Quand il m’arrive de prononcer à haute voix, c’est toujours à l’extérieur, et à un moment où je suis à 1000 lieues de penser à ce qui s’impose, vient évidemment de moi, mais pas au niveau de l’impulsion. Je ne crois pas que ça pourrait arriver sans que j’en aie conscience. C’est à l’instant de m’entendre que je prends conscience.

Il y a donc une arrogance et une provocation du Créateur, dans le fait de prétendre que l’hypothèse de Salem viendrait d’un autre que moi, quel que soit cet autre. Il y a refus d’entendre, et détermination à passer outre. La disparition de l’Atlantide, nous dit Cayce, a été provoquée par la corruption effarante que les Atlantes avaient tolérée. Derrière la détermination à s’emparer de mes recherches pour ensuite affirmer en avoir le monopole, une corruption comme j’en ai peu vu. Elle repose sur le piratage de mon ordinateur, même si j’ai aussi mis des notes en ligne, sur le vol de mes données, leur attribution abusive autant qu’inexacte à Brigitte, ce, alors que mon blog étant vu, ce vol est connu. Il y a dépossession des Etats-Unis, où se trouve Salem, et qui ont, de ce fait, priorité sur ses archives, au bénéfice de la France. Si je mets de côté ma personne, le seul fait que l’INRIA ait entrepris les recherches qui me sont indiquées signe que cette étape a une importance majeure. De quel droit la France se permet-elle de détourner une découverte majeure qui appartient à tous, et est-ce la France ou son lobby sioniste, également présent aux Etats-Unis ?

On est face à un lobby qui émane du peuple prétendument élu et qui fait un doigt d’honneur à son prétendu électeur. Que nous dit-il, ce faisant, si ce n’est qu’il sait pertinemment que cette élection ne tient pas, et qu’il refuse la confrontation à cette évidence dont il n’a cessé d’user et d’abuser, qui se trouve encore présente dans ces mots de Netanyahu en 1990 :

quote netanyahu
Ce qu’il me semble comprendre est que toute poursuite de cette violence serait vouée à l’échec et que la signature partout présente dans ma trajectoire a plusieurs fonctions qui, toutes, tournent autour du respect, absent dans l’emprise exercée. Quiconque voudrait se disqualifier plus que le fait le lobby sioniste, affirmant là une absence dans une apparente présence, ne pourrait y parvenir. Il y a certes affirmation de pouvoir dans l’acte de spoliation, et donc présence, mais cette présence est indissociable de l’absence qui est à son origine. Comment se fait-il que dans une culture marquée par le rapport au divin de qui elle prétend ses représentants élus ou choisis, selon, et qui donc a une connaissance intime de la parole révélée, aucun rabbin n’ait jusque là identifié en quelque façon de preuve vérifiable de la réincarnation, avant de s’emparer de la première qui se présente, lui reconnaissant par là une importance, voire une nécessité ? Ce n’est pas hasard si à peine remarquée dans mon fichier la prophétie de Holzhauser, le propos a été de démontrer qu’elle pourrait s’appliquer, non à la façon dont ce harcèlement a été conçu, mais aux false flags qui continueraient d’en faire partie.

Je reçois aujourd’hui, dimanche, des rafales d’AR de non lecture de dirigeants du CNRS et de l’IPEV, envoyés, comme je leur ai manifesté m’en douter par retour, sur ordre de l’Elysée. Comment comprendre ça, si ce n’est comme une détermination à passer en force, et à violer la loi, une nouvelle fois ? N’y a-t-il pas là acte qui ne rentre dans aucun cadre légal ? Qui pourrait s’apparenter à un «manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat» si je pense que des ordres sont donnés de l’Elysée de m’envoyer des non lus quand je demande le respect de mon travail et de mes droits ?

En janvier, tu me faisais savoir que c’était l’actuel locataire de l’Elysée qui, depuis 2015, avait mis en place un recrutement parmi mes voisins pour obtenir de faux témoignages rémunérés contre moi. Ils se voyaient communiquer ce qu’ils avaient à écrire ou à signer, selon. Je trébuchais sur les signes, n’en comprenais pas le sens, avant qu’il semble évident qu’on avait pris appui notamment sur le fait que je n’ai pas retravaillé depuis que je suis ici. C’est un fait que je n’y suis pas parvenue, comme est un fait qu’en 2004, une vétérinaire jamais consultée avant, et à qui je demandais de soigner un abcès qu’avait l’une de mes minettes, m’a demandé qui m’en voulait, m’affirmant qu’on m’avait coupée du monde avec mes chats. Elle était reconnue de tout Paris pour sa compétence en radiesthésie, notamment, si j’en crois l’homme qui a incinéré ma première minette en 2003. Suite à ça, elle en a disparu. Maintenant, mets que mon hypothèse soit juste autant que nécessaire, que ma vie ait été organisée par le Créateur de sorte que quoi que je fasse, je ne pourrais pas m’éloigner de ce qui ressemblerait en pareil cas à une mission. S’il semble que nous ayons un choix d’incarnation, je ne crois pas pensable d’attribuer sérieusement ce qui m’est arrivé à quelque âme que ce soit, pour la bonne et simple raison que ça ne prend sens et place qu’en relation à d’autres, toi, par exemple. La déduction qui s’impose est qu’il était nécessaire que je ne retravaille pas, quoi que j’en pense, et quelque souffrance que je ressente à ne pas y parvenir. Là, toute l’artillerie sortie pour me disqualifier tombe, n’ayant plus aucun sens. Le but était la reconnaissance de la réincarnation, de sorte qu’elle puisse être communiquée en tout point de la planète, et que le chemin qui y a mené, présenté, prouve l’intervention divine, aucun humain n’ayant les moyens d’organiser ce qui l’a évidemment été.

J’en reviens à ce que je n’ai cessé d’écrire depuis 2011 : je ne peux, moi, que poser genou à terre. Je suis étonnée de voir que d’autres persistent dans leur égarement, là où tout ce qui a précédé semble démontrer le but et le sens, et où leur importance exclue que quoi que ce soit s’y oppose, à terme.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


0 commentaire »

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher