Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 379

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 379

avril 18, 2018 par Nicole Guihaumé

Three sovereigns for Sarah

Mon cher Bill,

Tu es au sommet de Londres, ce qui n’a été annoncé que ce matin, à près de 9 heures, par le JDD. J’ai toujours eu du mal à regarder tes actus avec régularité. Tu subis un tel acharnement que ça m’écoeure, et par ailleurs, je n’ai pas la fibre groupie. Il se trouve que nous avons vécu ce que je tente de décrire de mon mieux, avec la limite évidente que pose l’absence de mots.

Nous ne sommes pas seuls concernés, le problème de responsabilité est majeur, a toujours été sans qu’il en ait été tenu compte. Comme si tout pourrait s’effacer, à terme. Je n’en ai pas cru un mot, ai attendu, attends toujours le réveil d’une saine opposition, de parents qui se souviennent qu’ils n’ont pas conçu leurs enfants pour leur offrir la dictature qui se dessine comme seul avenir, de professionnels qui trouvent moyen de s’unir, enfin.

La réincarnation est au cœur, de façon indéniable, comme l’usage qui peut être fait des connaissances accessibles sur le sujet. Si j’en crois mon néon de salle de bains et l’opposition connue en octobre 2011 et février 2015, les prétentions sont très au-dessus des compétences, qui requièrent une humilité inaccessible à ceux qui se considèrent seuls concernés, exposant par là-même n’avoir rien compris, ne pas être éligibles pour recevoir des informations. Je reste convaincue qu’il y a filtre, que le plus simple a à sa portée des moyens d’accès, dès l’instant où il y prête attention, accepte d’entendre, là où le plus décalé par des prétentions en contradiction totale avec le sens de cette réalité ne pourra que piller les autres, n’ayant, de lui-même, accès à rien.

À ce jour, tout semble bloqué, le crime dominant. Il y a des responsables à ça. On a laissé faire. Je ne te pense pas concerné pour la bonne et simple raison que tu as été ciblé à peine tu avais créé Microsoft avec Paul Allen. Je n’étais pas en situation qui me permette de savoir ce qu’il en était. Nous payons tous les deux. Plein pot. Depuis 28 ans le 12 juin. Qu’attendre, depuis là ? Si je te fais confiance, je te sais ligoté, disposant de moyens faramineux par ta célébrité, tes connaissances et contacts, ta fortune. Il faut donc trouver des personnes courageuses, susceptibles de s’impliquer. Quant à moi, je vis les conséquences qu’impose un long retrait, mais j’ai identifié Salem, et je pense que dégagée, je pourrais continuer, en reprenant les mêmes stratégies.

J’ai fait cette demande de conciliation. Elle n’est, à ce jour, pas enregistrée au TI où je suis allée ce matin, prête à ne pas t’y voir, ce qui n’a pas manqué. La demande, si elle est traitée par le TI, se fait à la mairie ou au Point d’Accès au Droit. Ce sont eux qui donnent les rendez-vous. Le paradoxe, en ce qui me concerne, est qu’une seule des deux conciliations demandées est enregistrée, celle avec Paris Habitat, attribuée à un conciliateur, Michel Krassilchik, mais aucune date n’est convenue, ce qui est tout de même gênant. Il aurait suffi de me répondre par retour de prendre rendez-vous, et ça allait plus vite. Mon erreur vient du fait que mon injonction de faire déposée en septembre 2016 a été rejetée par le TI pour absence de conciliation.

Je peux demander un rendez-vous au Point d’Accès au Droit. Il me semble que le simple fait qu’une des conciliations soit enregistrée, et non l’autre, un conciliateur affecté, mais pas de date, est un long discours, qui me choque encore, même si j’y suis habituée. Il se trouve que je suis solide, peux me battre longtemps, et je n’arrêterai pas. Mon étonnement tient à cette accumulation de démarches rejetées qui démontrent sans le moindre doute possible qu’un cabinet noir existe, a traversé toutes les présidences depuis au minimum Chirac. Sans ça, pas de curatelle.

Ma famille, telle que je l’ai connue, n’avait pas la surface. Je ne dirais rien de particulier de mes aînés, si ce n’est qu’ils sont très ordinaires. Je n’en ai jamais entendu aucun distingué par quiconque pour des caractéristiques par lesquelles il se serait sorti du lot, et du reste, ça n’a jamais été leur propos. Ils étaient, jusqu’à ce que je cesse de les voir, foncièrement conformistes, me reprochaient de ne pas me soucier du qu’en dira-t-on, de suivre ma route à ma façon, ce qu’aucun d’eux n’aurait fait.

Aujourd’hui, cette curatelle semble leur donner un pouvoir dont ils ne cessent d’abuser. Brigitte l’a plus que largement démontré avec le prétendu don, en fait vol qualifié du 6 juin dernier, validé par Warren Buffett, ton curateur imposé sur le fondement de la curatelle que je dénonce, là où je ne vois pas comment légalement un curateur pourrait décider d’un don. Sans les trois autres, elle ne peut rien. Le fait est qu’ils ont tous fait des faux qui relèvent de la Loi, que confrontés, ils risqueraient la prison. A peine j’écris ça, la page se noircit :

écran noir, enregistrement 18042018 16h14

En ce sens, toute personne qui les suit relève de la complicité que ce soit par action ou par inaction. S’opposer à l’annulation de cette curatelle écoeurante revient à les couvrir.

Brigitte, encore une fois, si j’ai bien compris ce qui m’a été signifié plus de dix fois avant que j’accepte de l’entendre, a payé, avec Chuck Robbins, le tueur à gages qui a descendu le juge Thomas Crane Wales, comme celui qui devait me buter, moi, en janvier dernier. J’ai envoyé des mails pour demander protection. Les alertes n’arrêtaient pas, je n’en pouvais plus, au point, le 16, de sortir plusieurs heures, presque par provocation, tu t’en souviens. Reste qu’elle n’a pu le faire qu’avec l’aval des trois autres, ce qui les met dans une position de folie, ayant, ensemble, littéralement détruit ma vie, me bloquant toute possibilité d’épanouissement, et j’en avais, avant de te harceler à t’affirmer sans cesse attendre mon suicide, demander à Google et Cisco de l’obtenir, puis carrément payer un tueur à gages. Tout à l’heure, je me disais que partie comme elle est dans la spoliation de tout ce qui m’appartient, Brigitte serait capable de prétendre avoir écrit «Eva» le manuscrit que tu as lu en 1999.

Tout ça est sordide, et je reste convaincue que ça ne peut pas passer. Reste que je n’ai aucun moyen, aujourd’hui, de savoir combien de temps peut prendre la sortie de cette crise. Je peux, moi, très facilement, donner l’exclusivité sur ce qui peut être communiqué sur Salem et la réincarnation, pas sur les recherches que j’aimerais entreprendre avec toi, à toute personne, toute structure, qui s’engage à nous aider à sortir de cette curatelle. Ça demande surface, courage, intégrité et indépendance. Je cherche, espère que tu en fais autant, de ton côté, sachant que je suis ouverte à négociation. Ça n’a rien de nouveau, je n’ai cessé de le faire savoir. Je préfère, quoi qu’il en soit, être dans mes baskets que dans celles de mes aînés, manifestement tombés dans la criminalité organisée, avec la lâcheté et l’absence totale de fiabilité qui la caractérisent.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 379

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher