Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 384

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 384

avril 21, 2018 par Nicole Guihaumé

kipman le trou du cul

Mon cher Bill,

Ce serait donc engagé, maintenant. La FED aurait le pouvoir d’imposer l’annulation de la curatelle, dont j’imagine qu’elle a des conséquences dans toutes les relations professionnelles que tu as, ce qui lui donne une légitimé à intervenir. Il y aurait eu des démarches effectuées aujourd’hui. Je continue à employer le conditionnel. J’ai du mal à affirmer sans pouvoir vérifier. Là, Evelyn de Rothschild semble avoir multiplié les pressions pour m’exclure, y compris auprès de la FED. Ce soir, ça semble résolu, inscrit noir sur blanc comme tel, ce qui n’empêche pas de continuer à t’envoyer des SMS pour tenter d’obtenir enfin que tu épouses ma sœur Guizard, ce que j’ai un mal infini à comprendre, alors que depuis des années, tu sembles manifester n’en rien vouloir. Quand je pense que ça fait plus de 15 ans que Michel est mort, quinze ans d’échanges par ce mode insensé, alors que je ne te connais pas, mais que je pose des actes que je ne pourrais poser si tu n’agissais pas, de sorte que je le fasse, qu’ils osent encore m’étonne vraiment. Evelyn de Rothschild, ma sœur Guizard, rabbi Zamir Cohen, Howard Kohr, Eric Schmidt, Chuck Robbins, William McNabb, Malcolm Turnbull, Alexis Tsipras, le roi Harald, Jacques Attali, Emmanuel Macron n’en ont cure, ils continuent leurs SMS.

Les variations au clavier peuvent être vraiment étonnantes, depuis la demande de mail quasi immédiat que je rédige comme je peux, le plus vite possible, plus soucieuse de tester si ce que j’ai écrit est juste que de vérifier si je n’ai pas laissé une faute d’orthographe, glissé une virgule ou il n’en fallait pas, voire en ai omis une. Puis, d’un coup, le calme, et peu après ce fichier où je t’écris mes lettres qui est affiché. Quand j’ai repris celui d’octobre 2011 dans lequel j’ai noté ce que je cherchais, observais, déduisais, identifiais, j’ai mesuré comme relire après permet de retrouver trace. Je l’ai toujours fait au papier, moins au clavier où si souvent, je fais des hypothèses avant de les vérifier. Là, ces derniers temps, les changements sont plus prononcés que d’habitude, il me semble, et je découvre que cette possibilité d’identifier une vie antérieure pendant laquelle nombre de personnes actuellement vivantes ont déjà eu des liens suscite un intérêt prononcé. On a manifestement voulu m’écarter, prendre mes notes, les utiliser sans que j’en sache rien, et il y avait ce problème de monopole aberrant attribué à l’INRIA. Le but était, une nouvelle fois, de tout contrôler, d’exercer une emprise incontournable. Toute autre personne/structure était éjectée. La Norvège pouvait banquer, bien contente de le faire. Patrick Drahi avait obtenu l’exclusivité de la communication.

Le réaliser m’a stupéfaite. Salem est une ville américaine. Sans les écrits de Ian Stevenson je ne l’identifiais pas. Il travaillait à l’université de Virginie. Il y a donc spoliation en ce qui me concerne, mais aussi en ce qui concerne ton pays. Je ne me vois pas déposséder quelqu’un de son travail. Nier la place de Stevenson est impossible, et je ne le ferai pas. D’autres ont tout tenté pour m’exclure. Je te pense loyal. La NASA t’a aidé, ce sont des personnes précises qui l’ont fait, et il était clair que tu souhaitais que je l’énonce, ce que j’ai fait bien volontiers. De ce fait, je te vois me contacter dès que tu le pourras, sachant qu’à 62 et 58 ans nous avons passé l’âge de manipuler, ou de feindre ce qui n’est pas. Je t’imagine ouvert, et je le suis, mais je n’ai pas d’autre projet que te connaître, partager ces recherches, et plus si affinités. Je ne peux rien anticiper, mais tiens à ces recherches. Tu sais, toi, ce que nous pouvons partager, ou pas. Comme tu sais que si Salem n’avait pas encore été identifié, sans mes notes d’octobre 2011, venues après des cahiers et des cahiers à tenter de comprendre ce qui organisait ce harcèlement et ce qui m’empêchait de m’y soustraire, elle ne le serait toujours pas.

Il semble que la curatelle pourrait être annulée dès juin, avant la fin juin, en tout cas, ce qui serait donc assez rapide. En ce cas, j’aimerais te rejoindre sans délai, vider mon appartement, trier, peut-être pas le résilier immédiatement, mais être prête à le faire. Si je peux passer l’été proche de toi, à poser des bases, prendre nos marques, ça me va. J’aimerais évidemment fouiller ta vie, de façon respectueuse, pour comprendre le plus finement possible, tant cette histoire me trouble, me dérange, et me confronte. Mil fois j’ai écrit au clavier que je n’avais pas le profil, que je voulais qu’on me laisse en paix. Je ne suis pas intéressée par les signes extérieurs de richesse, je ne l’ai jamais été, et que ce que je vis soit en lien avec toi, avec cette célébrité qui est tienne, m’est évidemment difficile. J’ai une représentation de l’âge, aussi. Je ne suis plus une adolescente, je ne me vois pas adopter une attitude quelle qu’elle soit parce que je pense que ce serait la façon de te séduire ou autre. Mais d’expérience, oser énoncer que tu m’aurais remarquée provoque tous les sarcasmes possibles et imaginables comme si étant homme, tu serais totalement à part, dépourvu d’histoire, dépourvu de ces empreintes qui font qu’on est plus ou moins sensible à certaines personnes.

À partir de là, si je parviens, te connaissant et ayant accès à ta trajectoire de façon à saisir ce qui se dégage et peut être relié à Salem, si, cherchant, j’identifie d’autres incarnations et que tu en vérifies la plausibilité, j’aimerais évidemment retrouver mon écriture d’avant, et mettre en forme ce qui nous est arrivé, depuis cette trajectoire précisée, depuis la mienne, en parallèle. Dégager comment deux âmes qui se sont déjà côtoyées se retrouvent, et comment la relation peut s’établir depuis des différences tellement importantes. Je n’ai rien vécu de ce qui est ton quotidien, ton milieu, tes repères, tes ancrages. En 1990, j’étais dans une situation très différente. Je me préfère aujourd’hui que je comprends bien plus de choses. J’aimerais les utiliser au maximum pour parvenir à cerner nos différentes incarnations. J’ai cette certitude qu’on peut établir des contacts avec les défunts, comme retrouver des mémoires. Tout à l’heure, je me suis acheté un sac de 15 litres de charbon de bois, ce qu’en 58 ans je n’ai jamais ni acheté, ni vu acheter. L’encens en huile essentielle, mis dessus permet d’atteindre des états méditatifs plus profonds. Je n’en ai pas vu en vente en petite quantité, ce qui est assez logique.

Il y a donc dans ma démarche différents aspects, et parmi ceux-ci, j’aimerais te connaître vraiment, que tu puisses me confier le plus tranquillement possible ce qui te tient à cœur depuis toujours, comme ce dont tu as eu conscience progressivement, la façon dont les changements se sont organisés, ce qui les a permis, voire déclenchés. J’ai toujours remarqué comme ma conscience de moi dépend des personnes avec qui je suis en contact. Je peux ne ressentir que très peu quand je suis face à une personne qui ne me convient pas, avoir envie de partir dès que possible. Je peux expérimenter des sensations très différentes quand je suis en confiance. Jusqu’où pouvons-nous développer la conscience de nos trajectoires, de nos responsabilités dedans ? Aborder la réincarnation sans la vivre dans les relations dont la qualité le permet n’aurait aucun sens à mes yeux. Ce que nous avons vécu l’un par rapport à l’autre n’est pas anodin.

Cette dimension me paraît centrale, à ne pas négliger. M’écarter revenait à le faire. À annuler ce dont les personnes qui lisent mes envois ont nécessairement conscience qui revient à accepter de se demander ce qui peut être arrivé dans des vies antérieures pour mener à une configuration si étrange qu’elle contraint à aller les chercher. Je ne crois pas au hasard, et la présence d’une intelligence organisatrice et déterminée à se faire entendre me semble évidente. Tout ce que j’ai vécu avant Microsoft explique que j’ai tenu depuis 1990, alors que je pense très sincèrement que ce n’était pas gagné. Mon suicide a été plus qu’activement visé, et n’étant pas suicidaire, je l’ai tenté. La charge était très lourde. Le plus étonnant, tout de même, est que c’est venu de mon analyste qui avait tout de suite identifié ma solidité. Qui avait titré un de ses livres «La rigueur de l’intuition» avant d’illustrer soit son absence totale d’intuition, soit que la sienne ne se distingue pas par la rigueur. De quoi parlait-il donc ?

Je ne sais pas si je passerai cet été à Seattle, mais j’aimerais. Et faire des virées à Salem.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 384

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher