Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 398

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 398

mai 1, 2018 par Nicole Guihaumé

Philippe Knoche CEO Orano

Mon cher Bill,

La place du nucléaire dans ce qui nous arrive peut l’exposer, et en même temps lui donner une motivation plus importante, s’il lui vient l’envie de s’opposer. Tu sais comme je raisonne en termes de responsabilité, observe, par exemple qu’elle était très partagée à Salem, les procès de sorcières n’ayant pas été innovés à ce moment, et le contexte ayant été organisé autour d’acteurs qui avaient des origines et des bagages différents, là où de nos jours et depuis longtemps le contexte est contrôlé par la famille Rothschild. Liliane Crété, par exemple insiste sur la place des Mather, père et fils, qui ne paraissent pas dans l’oeuvre d’Arthur Miller. Tu les enlèves, tout s’arrête, et il n’y a pas de pendaison, pas de peine forte et lourde. Increase Mather était le président d’Harvard, ce qui lui donnait un pouvoir certain.

J’ai reçu ces derniers jours plusieurs AR avec la provenance d’Orano indiquée, comme elle l’était quand le groupe s’appelait Areva. J’en ai eu, par exemple de Philippe Varin, président des conseils d’administration d’Orano, et de France Industrie, organisme qui réunit en une seule entité le Cercle de l’Industrie et le Groupe des fédérations industrielles (GFI). Je me suis demandé quelle était sa position, quelle est celle de Philippe Knoche, le CEO d’Orano, par rapport à ce qui t’arrive, et qu’ils ne peuvent en aucun cas ignorer, une fois compris que le MH370 et le 777 GA-Telesis, qui pour parenthèse a passé un temps certain près de Tarbes en 2013, devaient être crashés sur Marseille et Manhattan bourrés de têtes nucléaires. Il y a là un pointeur incontournable. On ne peur imaginer liquider 7 milliards d’individus, je ne parlerais pas d’âmes, indestructibles, sans nucléaire. Ont-ils envie d’être le bras armé d’une famille qui s’est déployée dans le crime, refusant de voir le sens de la réincarnation dont elle était pourtant à l’évidence informée depuis des générations, son choix étant de la manipuler ?

Si le problème de société, comme le problème planétaire, est évident, la dictature est déjà inscrite dans les faits, démontrée, si nécessaire était, par ce que je subis, moi, depuis 1990, sans que quiconque ait jamais pensé à me protéger, ce qui aurait permis de protéger l’ensemble. La curatelle, en elle même est un stigmate. Dans aucune véritable démocratie, conforme aux fondements de ce régime tel qu’il est écrit, pareille mesure n’aurait pu exister. La déduction qui s’impose est que Danielle Mitterrand avait absolument raison quand elle disait que la démocratie n’existait ni aux US ni en France. La curatelle, cela étant, peut être une formidable opportunité de changement, un boomerang conçu sur mesure par tout ce qu’il expose et révèle, tout ce que son annulation peut permettre en termes de transformation collective. Nous ne la subissons pas seuls, l’ensemble de la planète la subit, et dès l’instant où on s’y arrête cette situation est une démonstration magistrale de l’absence totale de fiabilité de tous ceux qui en bénéficient.

Qui se vanterait de tirer son pouvoir d’une mesure imposée dans le dos d’une personne qu’on a prétendue suicidaire, ce qu’elle n’était pas, sur le fondement d’un dossier qui ne contient pas une seule pièce valable, toutes étant des faux grossiers, deux pays, plusieurs avocats, une multinationale s’étant associés pour réussir à la finaliser, la principale concernée, ne souffrant d’aucune altération de ses facultés, condition pourtant requise pour décider d’une curatelle, n’étant pas informée, n’ayant pas communication de la décision qui transfère son identité juridique à une sœur aînée qu’elle n’a pas vue depuis 8 ans, et qui a détourné d’elle un homme qui ne demandait qu’à la rencontrer, elle ? On ne fait pas plus méprisable. Tout est dans l’absence. Absence de dignité, absence de respect de la loi, absence de fondement légal, absence d’audition de la personne, absence d’enregistrement selon la forme légale au TI de son domicile, absence d’enregistrement dans les mentions marginales de son acte de naissance. Absence de révision, alors que la curatelle est une mesure provisoire ne pouvant être décidée que pour 5 ans. Absence de toute action par laquelle la curatrice apporterait quoi que ce soit à la personne censée être protégée, tout au contraire, elle la dépouille de tout ce qu’elle peut, irait jusqu’à sa biographie, si c’était possible.

Que sommes-nous censés faire sur terre, si ce n’est exercer nos habiletés, nous aider mutuellement à les reconnaître et à les déployer, partager des projets qui visent à améliorer l’ensemble, rien n’étant plus protecteur pour tous qu’un contexte sain qui permet de répondre aux aspirations des uns et des autres sans porter préjudice à aucun ? La notion même de préjudice me semble venir de l’empiétement sur le territoire d’un autre, ce qui suppose une culture de la concurrence, sans laquelle je peux imaginer des règles très différentes. Si quelqu’un est plus fort que moi dans un domaine, je ne peux parler de préjudice que je subirais du fait qu’il se réalise, même si, ce faisant, il prend une place qui ne m’est plus disponible. Nous sommes dans une culture trop fondée sur la comparaison perpétuelle, la conviction manifeste que réussir serait empêcher l’autre de le faire, ce que l’espionnage, industriel comme politique, démontre. Sans ce soubassement, je ne sais pas si le projet de supprimer la quasi totalité de la planète aurait pu être formulé, même à un petit nombre pour commencer. Sans le traumatisme de la mort de Corey il n’aurait probablement jamais vu le jour. Étudier toutes les sources accessibles sur lui me semble important parce que mon sentiment est qu’il a joué le rôle d’une loupe grossissant des caractéristiques préexistantes. La difficulté est qu’il a littéralement contaminé toutes les têtes dirigeantes. Si tu as accepté de valider les Georgia Guidestones, j’imagine que c’est qu’il t’a été présenté en des termes tels que prendre le recul nécessaire, formuler une opposition argumentée n’était pas chose aisée.

Ça en est à un stade où tout se passe comme si raisonner sur ce qui est prévu n’était plus licite pour les personnes impliquées de près ou de loin. Je me souviens de mon étonnement quand la seule déduction possible de ce qui m’était signifié était que le talmud avait en France force de loi non écrite, supérieure même à nos textes fondateurs. Ça me semblait insensé. Comment en discute-t-on ? Où sont les échanges qui ont mené à cet état de fait ? Il ne peut y en avoir, ce n’est pas écrit. Donc on se soumet sans avoir le droit de dire un mot ? Depuis que je comprends l’usage qui a été fait de Salem, je vis la même chose. En logique, ça ne tient pas du tout, et pourtant, c’est maintenu contre vents et marées, alors même que les échecs accumulés devraient inciter à réfléchir. Tout de même, le projet est de prétendre que des événements survenus dans une ville pourraient impacter le monde entier. Qu’est-ce donc qui est à l’origine de la décision de contaminer l’eau potable par une manipulation qui, simulant des caractéristiques de la nourriture halal, permettrait d’en imputer la faute à la communauté musulmane dans son entier pour, à partir de là, déclencher WWIII, si ce n’est la conscience qu’il faut un déclencheur non localisé, mais présent partout ? Concevoir pareil projet qui, certes, s’en prend à une communauté précise, ce qui peut donner à penser que c’est pour des raisons non géographiques, et prétendre qu’une décision de meurtre collectif de cette ampleur pourrait être déclenchée par des événements survenus dans une seule ville ne me semble pas cohérent. Il est question de prétendre s’aligner sur la volonté divine, il me semble, et ce faisant, on ampute notre Créateur de la totalité de sa clairvoyance, en faisant un véritable pantin. Quelles peuvent donc être les créatures d’un pantin censé avoir besoin de 99 brouillons pour faire un propre ?

Mon étonnement dans tout ça tient au statut de la victime. À Salem, il y a eu repentance collective. Depuis que les Rothschilds ont pris la place qu’ils ont prise, je n’ai rien lu de tel par rapport à leurs victimes, ce qui est très facile à comprendre, du fait qu’ils manipulent la narration. À part sur ce blog et dans mes mails, personne n’a moyen de t’identifier en victime. Tu es pourtant depuis des décennies exposé à leur cruauté. Ils se sont débrouillés pour que tu sois sous leur influence, puis t’ont fait payer ton revirement depuis que tu l’as manifesté. États et gouvernements sont leurs victimes, ce qui est net dans les Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France. C’est aussi ce qui me donne à penser que Giles Corey avait des caractéristiques à prendre en compte. Il aurait été soucieux de l’ensemble, de façon normale, pas même excessive, à Salem, il ne me semble pas que les conséquences auraient été celles que l’on peut observer. Là, on est face à une famille fondée sur la détermination à siphonner au maximum la planète et à ne laisser personne d’autre qu’elle, les Rockefeller, Morgan et consorts s’exprimer, tout en avançant cachée derrière des œuvres de bienfaisance. Il est donc totalement erroné de raisonner en termes de réincarnation de façon générale. Le crime concerne une minorité. Corey avait été jugé pour le meurtre d’un homme considéré comme l’idiot du village, et qui habitait chez lui, ce qui, en soit, en dit déjà long. Il accueille chez lui un homme à la fragilité connue dans des buts dont son meurtre démontre qu’ils n’étaient aucunement altruistes. Nul ne peut penser ça anodin, et de ce fait, certes, un traumatisme émotionnel tient le monde en otage, mais la responsabilité de la victime est là, totalement engagée. Il n’est pas difficile d’imaginer qu’il a, pendant les trois jours qu’il a mis à décéder, subi le regard sur lui qu’avaient ses voisins qui n’ignoraient rien de sa condamnation, ni de la façon dont il semble s’en être sorti, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. La difficulté est qu’il semble corrompre jusqu’à la notion de responsabilité, inversant par principe la réalité, et introduisant dans la culture une valorisation de la trahison lisible par exemple dans l’ancienne devise du Mossad «Par tromperie, tu feras la guerre». La tromperie est à la base des false flags. Toute personne qui évoque sur un forum l’implication d’Israël derrière le 9/11 peut être sûre de se faire accuser d’antisémitisme, là où la seule question qui vaille concerne la réalité de cette implication, et la preuve qui peut en être rapportée. Ça ne serait antisémitisme que si ça n’était pas fondé. On comprend là pourquoi on ne peut pas enquêter sur WWII, ce qui est sans précédent. La connaissance de l’histoire procède, il me semble, par révisions successives, au rythme des documents qui deviennent accessibles. Empêcher leur recherche et leur étude ne peut procéder d’une démarche logique, dès l’instant où les documents produits sont authentiques.

Il y a donc un passé très rigide, et constamment inscrit dans le même sens, qui est une détermination à soumettre l’autre à ses projets sans jamais les mettre en cause, en bloquant la contestation, en privant l’autre de tout moyen de défense. L’état qui est infiltré dans tous les gouvernements de la planète ne permet aucun contrôle chez lui. Israël, dont la création n’aurait pas été validée sans l’espionnage pratiqué à l’ONU, et les chantages qu’il a permis de pratiquer sur les gouvernements qui y était opposés, refuse, par principe, les enquêtes indépendantes, comme ce fut à nouveau le cas suite aux morts de palestiniens lors de la marche du retour, début avril, et inspection de sites sensibles tels que Dimona. JFK était déterminé à faire inspecter Dimona. Sa position par rapport à la FED n’était pas le seul grief que les Rothschilds avaient contre lui.

Il ne s’agit plus d’assassiner un chef d’état, mais la majorité de la planète et le nucléaire est impliqué. En octobre 2011, je cherchais les leviers, consciente de ce qu’obtenir changement n’était pas gagné. Qui, aujourd’hui, a un intérêt suffisant pour prendre les risques nécessaires à cette obtention ? Il me semble que le nucléaire est dans les premiers concernés, en lien direct avec sa responsabilité qui serait plus impliquée que celle de tout autre secteur, si le carnage venait à être perpétré. Or, il n’a pas à faire énormément dans un premier temps, pourrait juste assumer d’exercer les pressions nécessaires pour que l’annulation de la curatelle soit obtenue, en passant, ou pas, par une conciliation. Si je ne te connais pas, j’imagine que tu as déjà un cahier des charges précis en tête, les étapes menant à une mise à plat aussi pacifique que possible, étant claires. Dès que je t’ai demandé de créer une structure, je pensais qu’un de ses buts serait de solder le passé. Il me semble que centrer ce travail sur un lieu dédié à la réincarnation serait approprié. Ça peut commencer dès que la curatelle est annulée. Tu me connais assez bien, je pense, peux donc savoir ce que je suis à même de faire, ou pas, de même que tu as certainement identifié les professionnels nécessaires. Ça pourrait commencer dès cette année, et je pense que c’est actuellement ce qui est le plus souhaitable. Reste à mobiliser le secteur nucléaire en médiatisant aussi largement que possible le projet de liquider la majorité de la population parce que c’est bel et bien l’enjeu, et il y a autrement plus de responsabilité à participer à pareil projet qu’à mener une personne à la guillotine ou à la chaise électrique. N’importe qui a lu sur les écrits de Cayce sait que d’avoir été celui qui agit une mort inique peut mener à être confronté à une existence plus que problématique, ensuite. Tout se passe dans la conscience.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 398

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher