Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 427

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 427

mai 22, 2018 par Nicole Guihaumé

reincarnation

Mon cher Bill,

Te voilà à nouveau en garde à vue. La curatelle est annulée, mais ma sœur Guizard affirme encore que tu me harcèlerais, les psychiatres dégénérés complètent son faux par les leurs, Macron appelle Trump, et alors que la CPI a dépêché chez toi les professionnels qui la représentent à Seattle, et que la NASA a envoyé les personnes qui te protègent quand il y a violence, la police de Seattle t’a imposé une garde à vue quasiment l’heure suivant le signalement abusif qui a été fait. Tu as donc été emmené alors que ces personnes qui reçoivent régulièrement mes mails étaient chez toi.

L’origine de cette effervescence semble toujours être mes recherches sur la réincarnation, et la détermination à les contrôler, alors que la CPI m’a restitué mon brevet, dont je n’ai pourtant toujours pas connaissance, une curatelle ayant existé de lundi 14 à samedi 19, imposée par Evelyn de Rothschild et ton père. C’est aussi la détermination d’Evelyn de Rothschild à tout contrôler, son refus de toute négociation, et sa certitude qu’il aura toujours les moyens d’imposer et d’avancer sans que la masse soit informée de sa présence derrière tous les désordres que ce monde connaît. Les recherches, faites de façon rigoureuse, ne peuvent que l’exposer.

Je t’ai de multiples fois écrit mon étonnement du fait qu’il vise un but impossible à atteindre et que pas une personne ne lui a fait entendre raison. Il n’y a pas que des abrutis en ce bas monde, pourtant. Le fait est qu’il s’est débrouillé pour ne s’entourer que de personnes qu’il contrôle, et que depuis l’année 2000 approximativement, il ne contrôle plus ton intimité, t’a ligoté de façon aussi méprisable que révoltante, mais il ne contrôle pas ton intimité, si par intimité j’évoque ce que je connais, le lien que tu as vers moi.

Là où il fait étalage de la puissance que lui a donnée la fortune volée, paradoxalement, je le vois comme un impuissant, et je me sens très seule, tout en étant incapable de changer mon regard sur lui pour qui je n’ai pas la moindre estime, pas de peur, non plus. Je serais complètement tarée, il y a longtemps que cette histoire serait pliée. Si je ne suis pas complètement tarée, je ne suis pas la seule à le voir sous cet angle. Ce regard me porte à croire qu’il a avant tout besoin de soins, et qu’il utilise sa fortune et l’arrogance qu’elle lui permet, sachant qu’il ne respecte rien ni personne, pour éviter continûment de se confronter à lui-même. La réincarnation, mon identification de Salem, symbolise, il me semble, cette confrontation.

Rien ne lui fait plus peur que la réalité exposée sans fard, comme il s’est trouvé exposé sans fard, pendant les trois jours qu’il a mis à mourir à Salem. Qu’ont pu voir les témoins à ce moment ? A priori, le propos de cette torture est d’extorquer des aveux, ils pouvaient donc attendre qu’il y vienne. À ça près que leur regard ne pouvait qu’être rejetant en totalité, du fait du meurtre qu’il avait commis, que Thomas Putnam a rappelé au procès. Il pouvait espérer être pendu, ce qui était quasiment acquis, mais ça supposait de confirmer le rejet qu’ils avaient de lui en s’y exposant par une décision qui privait sa descendance de son héritage. Ultimement, je me demande parfois si ce que rejette Evelyn de Rothschild, ce n’est pas le rejet qu’il a de lui-même. Il empêche par la contrainte, que ce rejet soit exprimé parce que tout en le vivant, il lui est insupportable. Toute son énergie passe à imposer, contraindre, et à bloquer toute possibilité de le rejeter. Il s’impose à toi qui ne demande qu’une chose : qu’il dégage.

Que ferait une personne bienveillante à son égard ? Il n’est même pas dit qu’il en laisse s’approcher de lui, étant plus à l’aise dans les relations de pouvoir et de domination. La réincarnation, là, lui pose un problème majeur. Mes notes ont été distordues, certes. C’est un fouillis dans lequel on trouve de tout, et dans ce tout, un regard qui revient plusieurs fois sur la volonté divine, sa signature évidente dans l’inscription de Salem dans ma biographie. Mettons que demain nous puissions créer notre structure et commencer les recherches. Qu’est-ce qui pourrait en paraître publiquement ? La fin de son contrôle, il me semble. Autant je trouve nécessaire d’identifier ta trajectoire et la sienne, comme la mienne, et je pense qu’il y a moyen de le faire, autant quantité d’autres aspects m’intéressent aussi. Je peux imaginer me laisser surprendre un certain temps, convaincue que je suis que ce qui est à découvrir est à chercher méthodiquement mais aussi ne doit pas être décidé a priori. Si nous découvrions…par exemple Gysée…ou autre, mais des inscriptions desquelles le contrôle serait absent, n’ayant aucun sens ?

Ça peut arriver de façon précise, par exemple par la localisation de manuscrits perdus, ce qu’a évoqué Cayce. La réincarnation me fascine aussi pour ça. Je ne peux pas croire que l’histoire nous ait livré tous ses secrets, et mes connaissances historiques sont des plus légères. Il me semble que les recherches à entreprendre ont ça de jouissif qu’elles ont un aspect petit Poucet proprement jubilatoire. Si j’ai ces inscriptions dans ma bio, rien ne m’interdit de penser qu’il n’y en a pas de similaires à quantité de niveaux et qu’il faut simplement affûter la perception que l’on a des différents éléments qui nous viennent. En clair, la volonté divine pourrait-elle être bien plus présente que nous n’en avons conscience, occupés que nous sommes à la nier ou à faire comme si elle n’existait pas ?

Mettons qu’elle existe, et qu’elle soit tout amour, comme nous la décrivent les personnes qui ont fait une NDE, dans quelles dispositions est-elle vers la famille qui a siphonné méthodiquement toutes les richesses de ce monde ? Très sincèrement, je n’en ai pas la moindre idée, et ce, d’autant moins que je pense qu’elle n’ignore rien de ce qui a été fait et qu’elle a laissé faire. Alors ? Peut-être qu’elle est cette personne bienveillante que j’évoquais. En pareil cas, son but derrière le premier plan serait de le contraindre à s’arrêter.

Si je raisonne à partir de ce dont j’ai l’expérience, j’ai été ahurie des difficultés auxquelles j’étais confrontée jusqu’à minimum 45 ans, quand j’ai demandé l’acte de décès de mon voisin suicidé. En 2011, j’identifiais Salem et déduisais que ces difficultés avaient un sens. Au moment de les vivre, elles m’ont été très douloureuses. Je les vivais infligées. J’ai une vie d’épreuves qui m’a fait chercher ma responsabilité, et donc penser que ces épreuves étaient conséquences de fautes passées. Est-ce que je pense la volonté divine punitive, vers moi ? Pas du tout. Je pense que j’ai été confrontée, sommée de comprendre, et donc de le chercher.

Je crois que nos échanges entre humains, détachés de leur origine, de notre substrat, notre essence, je ne sais pas formuler, n’ont pas beaucoup de sens. La relation première, qu’elle soit consciente ou non, est au divin. D’elle découle les autres qui, si elles en sont coupées, sont dérisoires, peu nourrissantes. Donc je n’exclus pas que dans mes temps de difficultés, j’aie été, à mon insu, dans cet échange, premier, qui me demandait, avant tout de le comprendre et de m’aligner sur lui.

Evelyn de Rothschild connaît probablement la réincarnation depuis toujours, et je croirais sans difficulté qu’il s’est souvenu, en tant que Mayer Amschel de sa mort, alors qu’il était Giles Corey. Je ne serais pas étonnée non plus si les mémoires de cette époque avaient organisé et justifié en secret sa trajectoire depuis, mais en en excluant en totalité le lien avec le divin. Or s’il a vécu ce qu’il a vécu à Salem et qu’il l’a ensuite transformé dans ce qui s’est déroulé depuis, je gagerais que ce qui est exprimé est une reprise de ce qui le caractérisait il y a très longtemps, au moment de l’affirmation qu’il y aurait un peuple choisi de Dieu.

En ce cas, le but est qu’il comprenne ce qui se joue et y renonce en le trouvant définitivement dépourvu d’intérêt. Mon étonnement, depuis cette lecture que je ne peux faire qu’à partir de mon expérience, mais en l’argumentant, est que personne n’en ait parlé avec lui. Cayce disait fréquemment qu’on se retrouve, soi, qu’on est ultimement, face à soi. Par ailleurs, le sens de la réincarnation me semble être d’évoluer et de s’enrichir au niveau de l’expérience en conscience, pas du portefeuille. Répéter sans arrêt les mêmes schémas n’a pas d’intérêt, indique un blocage, une rigidité, et un manque de plasticité dommageable.

Ce que la lecture de mon manuscrit a provoqué chez toi me trouble depuis que je l’ai compris, mais si je prends du recul, il me semble y discerner un changement radical, voire une reprise de thèmes connus dans des vies antérieures, en tout cas, une plasticité. Tu as pu changer du tout au tout, et il me semble qu’on t’aurait demandé d’en parler, tu aurais pu le faire. Le propos a été de le refuser, et de le rejeter en totalité, ce qui se joue encore actuellement. Comme si tu avais été déloyal. Pourquoi ne pourrait-on pas discuter de nos évolutions ? Mettons qu’on t’ait écouté après ce changement…ça n’était pas le propos parce que tout est fondé sur la rigidité la plus extrême, comme si aucun changement n’était acceptable, aucune modulation tolérée. Comme si un engagement devait être pris de ne jamais changer. En ce cas, il n’y a pas de place pour la réincarnation.

La difficulté est là. Mettons qu’on m’ait piqué mes données en octobre 2011 et que la persistance de traumas émotionnels de vie en vie ait été abordée avec une recherche de solution. À ce moment, il y avait là moyen de me contacter et d’aborder directement avec moi ce qui m’a été fait et qui tient nécessairement une place dans les choix posés ensuite. On se nourrissait. Au lieu de ça la rigidité a été renforcée, et personne n’a rien gagné. La surenchère a tout écrasé, ce qu’elle fait depuis Salem.

Ma difficulté à moi est que je ne crois pas au problème sans solution, que je persiste à croire qu’il y en a une, et qu’il serait bon de décentrer. Il faudrait que d’autres personnes agissent dans un sens de solution, et nous laissent nous rencontrer et créer cette structure. Je la conçois, je te l’ai écrit aussi rigoureuse que déterminée à initier un partage, un changement collectif qu’elle aurait vocation à faciliter et à accompagner. Je la voudrais merveilleuse, belle, qu’elle réunisse ce que nous avons de plus qualitatif dans un sens d’évolution, et je crois ça possible. Qu’on nous laisse donc faire, et nous questionne après, si on en a envie, mais contrôler sans cesse revient à se priver et à priver les autres continûment de ce qui est le plus joyeux.

Il y a un problème, c’est évident. Il n’est écrit nulle part qu’on ne peut pas aborder les problèmes sereinement. Tu as montré, toi, qu’on pouvait valider un projet puis s’en détacher en le voyant depuis un autre angle. Peut-être que les personnes qui le valident encore ne l’ont jamais vu que sous le même angle. Dès l’instant où le langage se fait sortir, il me semble que l’humain file un mauvais coton. Il peut changer. Il me semble de plus en plus nécessaire de le faire. Collectivement.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 427

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher