Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 434

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 434

mai 25, 2018 par Nicole Guihaumé

Chile Eboe-Osuji ICC president

Mon cher Bill,

J’espère que la CPI va agir, comme ça semble m’être indiqué, après envoi de ce mail. Cette situation m’est incompréhensible. On n’a pas le droit de mettre en danger continuellement les autres comme mes aînés l’ont fait. Si notre père était à l’évidence pervers, nous n’avons jamais eu, ni de près, ni de loin, une surface qui expose à ce genre d’abus. Je n’ai souvenir de rien, chez nous, qui aurait pu provoquer ce déchaînement pervers. Ça fait un bon moment qu’au clavier, j’observe que tout indique une responsabilité majeure de ma sœur, ce qui m’est incompréhensible, du fait de cette absence de surface. J’ai manqué plus de 20 ans pendant lesquels il a dû s’en passer.

Elle semble donc tenir Evelyn de Rothschild, le faire chanter. Cette déduction s’était déjà imposée vers octobre, je crois, mais ce mode m’est insupportable, et quand je n’ai pas le temps d’écrire au cahier, puis de relire, ne jamais échanger avec personne directement me rend toute mémorisation difficile. Je me souviens par exemple avoir totalement oublié l’incendie du 12 mars, ce qui, à la relecture de mon cahier, m’a stupéfaite. La violence a été telle qu’il n’y a pas eu d’autre solution pour moi que d’y être sans arrêt. Au delà de ça, c’est vrai que je n’ai aucune représentation de ce que sont devenus mes aînés. Je ne les connais, en fait, plus. Ne peut donc parler d’eux qu’au passé, et à partir de ce qu’ils nous ont fait, tant à toi qu’à moi, à ce pays, au monde, du fait de ta célébrité. On est, je ne cesse de l’écrire, dans le registre monstrueux.

Je n’ai pas de haine, mais je serais incapable de laisser passer, irresponsable, à mes yeux, si je le faisais, ce que je ne supporterais pas. J’ai proposé une médiation, une conciliation et tout a été rejeté. Je t’avais même proposé qu’on passe noël 2016 ensemble, ce qui aurait permis d’aborder tout ce qui s’est passé en détails sans cet étalage. Le propos a été de soumettre, et la façon dont tu as été traité m’a révoltée. Déjà, en soi, ce n’est pas acceptable, mais en plus, vu ce que je connaissais d’eux quand tu as demandé à me rencontrer, rigoureusement rien ne justifie qu’ils aient quelque prétention que ce soit. Je ne leur connais aucun mérite. Notre famille était en souffrance évidente, suite au divorce de nos parents, qui, eux-mêmes venaient chacun d’une famille qui n’avait pas pansé ses blessures. Chacun avait un oncle mort à la guerre de 1914, ce que les deux familles ont très mal vécu. Face à ça, j’ai choisi de demander de l’aide, de faire une démarche, d’écrire. Je n’associais pas nécessairement mes difficultés à celles que nous avons reçues en héritage, mais pour moi, tout problème appelle solution. Je ne conçois pas de laisser un problème préoccupant, donc qui a des conséquences dommageables, sans recherche de solution. En ça, depuis toujours, je suis différente d’eux.

Si tu regardes l’évolution depuis juin 1990, il fallait évidemment trouver un biais pour me parler, ce qui était possible, n’a été tenté qu’en me mettant en difficulté, et ça n’a pas fonctionné. Depuis, c’est l’escalade dans la violence. Malsaine, impensable. Elle était prévue. L’agenda de dépopulation, quelle que soit l’appellation qu’on lui donne, existait avant nos naissances. Là, la violence déployée a visé à te soumettre et à me casser. Il y a eu les années pendant lesquelles mon suicide a été visé, recherché avec des moyens lourds. J’ai multiplié les TS entre juin 2000 et janvier 2008. Depuis, c’est fini. J’ai juste eu un soir difficile, provoqué, je pense, par une prise malheureuse de lysanxia, alors que j’étais très en colère, ce qui, loin de l’apaiser, l’a majorée.

Je reste sur cette incompréhension. Quand j’ai demandé à la CPI de créer une commission adhoc, c’est que le fait que les solutions habituelles ne puissent être employées ne doit, à mes yeux, pas mener à blocage. Il faut chercher jusqu’à trouver le cadre nécessaire pour aborder ce qui doit l’être. Encore une fois, nous sommes des êtres de langage, et dans ce dossier, le langage s’est fait sortir d’une incroyable façon. Il faut le réintroduire, sauf à penser qu’on pourrait laisser aux générations qui nous succèdent un monde complètement détruit dans lequel personne ne pourrait plus rien espérer, tout étant plié. J’ai de la colère contre les générations qui nous ont précédés, dont je me demande comment elles osent faire paraître des textes qui les présentent de façon honorifique, alors qu’elles ont laissé le contexte se dégrader à ce point. Ce que nous vivons, nous le devons à ceux qui nous ont précédé. Les prendre en exemple n’est évidemment pas la chose à faire.

La CPI a là, par sa position au-dessus des états, un rôle à jouer. J’espère vraiment qu’elle le fera, dans le prolongement des annulations et de l’interdiction de contact qu’elle a su prononcer.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 434

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher