Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 645

0

décembre 5, 2018 par Nicole Guihaumé

collage 638b

Mon cher Bill,

La durée a des conséquences. Je n’ai jamais envisagé que ce mode durerait si longtemps. Plus d’une fois, je me suis arrêtée au milieu de mes doutes, ai pris un cahier pour noter tout ce dont j’étais sûre. Le faisant, je ne pouvais que constater une nouvelle fois que je ne pouvais pas nier, mais que comprendre est très difficile. J’en suis toujours au même point avec cette nuance que je t’écris régulièrement qu’il faut développer des stratégies à long terme, tout en étant prêts à accueillir une solution rapide. Si je me fonde sur ce que l’identification de Salem, mon brevet, et les lectures de Cayce me semblent dessiner, elle devrait l’être.

Ma place est insensée, et s’est organisée sur une succession d’urgences. Elles étaient quotidiennes, allaient, quand j’ai enregistré des plaintes, jusqu’à devoir envoyer la LRE avant l’aube pour éviter le risque de descente PJ, et je ne compte plus les mails de demandes de protection envoyés, les AR de lecture reçus d’élus, de magistrats, de journalistes. Cette urgence a imprimé des réactions. Surtout, je n’oublierai jamais le 11 novembre 2015 et mon incapacité à continuer. J’avais passé des heures à envoyer des mails et il en fallait encore, ma douche lâchait un début de douche quand je refusais de continuer, puis il y a eu ce bruit, inconnu jusque là, que j’ai eu du mal à localiser. Mon détecteur de fumée. J’ai pensé qu’on se moquait. Maintenu mon refus. Le 13, j’ai compris. C’était il y a trois ans. Je n’ai pas oublié. Depuis, je suis plus tranquille, même si ça n’a pas arrêté. Toujours ahurie, mais plus tranquille.

Ce soir, hier soir, plutôt, je dors tard, nouvelle demande, et je suis troublée par ma façon d’interagir depuis cette position qui est mienne. Jusque là, j’ai quasiment accepté de faire tout ce que j’ai compris demandé, avec toujours la crainte de me tromper, le sentiment, aussi, que tu pouvais utiliser des biais, du fait de l’impossibilité de me contacter directement. Il y a eu des erreurs, flagrantes, et savoir me rassure. Donc, découvrir que je me suis trompée m’ennuie, mais au moins je sais. Il y a eu, aussi, des faits vérifiés plus d’une fois, que j’ai crus acquis, puis qui ont été démentis, et là, je suis restée sur un point d’interrogation. Hier, donc, un insensé. Je t’avais écrit ma précédente lettre en suivant ce que je comprenais. Pour annuler les 5 condamnations et l’interdiction illégale de diriger à nouveau Microsoft que tu subis, ma sœur et son gang, Kipman en tête, exigeaient que nous ne fassions pas de recherches sur le Christ et sur Marie-Madeleine. On peut se contenter des lectures de Cayce, de la 5749 pour lui, de la 295 pour elle. Je me suis surprise, récemment, quand j’étais confrontée à nouveau signe de problème, à évoquer des couinements. Je suis agacée, pour dire le minimum. Nous attendons, toi et moi, de nous rencontrer. Nous en sommes empêchés par 6 décisions illégales obtenues par ma sœur Guizard, m’utilisant dans mon dos, alors que nous n’avons plus de relations depuis 1995, pour t’interdire de me voir, et te faire condamner abusivement.

Depuis 2016, le même schéma s’est régulièrement présenté. Une lettre m’est demandée dans laquelle je formale une proposition de solution. Le temps de rédaction permet de me donner des indications de ce qui pourrait convenir. Je fais de mon mieux, mais ça n’est jamais assez. Il faut une autre lettre, et encore une autre. Ça semble ne jamais devoir finir, se transforme en démarche auprès d’un avocat, avant qu’on revienne à ces tentatives, et mil fois j’ai eu l’impression d’un jeu, d’une détermination à nous confronter à blocage incessant, jusqu’à ce que nous lâchions tout. Hier, j’ai eu à nouveau le même sentiment, et j’en ai été tellement agacée que j’ai commencé un mail à Kipman pour lui dire ce que je pense, lui rappeler les crimes derrière lesquels il est. J’étais déterminé à l’envoyer en masse. Je vérifie, cela étant, toujours, et ça ne semblait pas approprié. On en est revenus aux ébauches suivies de tests, et d’hypothèses, en fonction des fichiers présentés. Il y avait une autre condition posée, elle te concernait et le fichier dans lequel j’ai fait le collage que j’ai mis en une de ma dernière lettre m’a été présenté, après qu’a été confirmé que la condition était pécuniaire. J’ai donc regardé si ça avait à voir avec les gilets jaunes, puis si c’était une aide pour résoudre la crise, avant de voir, éberluée, s’il s’agissait d’un engagement à ce que tu paies les dommages causés par les casseurs. Apparemment, cette demande t’a été explicitement faite, ce qui me paraît tellement inouï que je me suis rétractée. J’ai vérifié autant que j’ai pu, avant de te manifester que je ne pouvais pas faire ça.

Les implications qu’aurait pareil engagement sont impossibles à évaluer, et l’abus qu’une telle demande comporte est tout bonnement ahurissant. J’en étais restée au fait que les Gilets Jaunes avaient été initiés par l’ Élysée, qui pensait par ce biais imposer l’état d’urgence. Tu semblais concerné, une nouvelle fois, et au niveau des dates, ça correspondait exactement au moment où je t’ai envoyé des recommandés, à celui où j’ai trouvé des convocations PJ dans ma boîte. Le mouvement aurait donc été lancé dans le but de mettre un terme définitif aux démarches que nous faisons pour sortir de cette crise insensée. Projetait de te causer un tort extrême, t’enfermant sans possibilité de voir annulées ces six décisions illégales. Le mouvement a pris d’une façon qui n’était pas prévue, et l’état en a été débordé, a utilisé des casseurs pour le bloquer par la peur et et la disqualification. Et il te serait demandé de payer les dommages qu’ils ont occasionnés ? C’est impensable. La place dans laquelle ça te mettrait est inqualifiable, et il faudrait que je le fasse, moi ? Je ne peux pas imaginer plus fou. Je n’ai pas refusé ouvertement, mais ai vérifié si tu étais d’accord avec le fait que pareil engagement n’avait pas à être pris en urgence, et si tu acceptais d’attendre 2019. Façon pour moi d’éviter de te dire brutalement que je refuse. Quel autre sens aurait pareil acte que de t’imputer la responsabilité de ce qui a été conçu pour te porter tort, de te faire payer, encore ? Pour parenthèse, il m’a d’abord été demandé de mettre une limite à nos recherches, de sorte que nous n’en fassions pas sur le Christ et sur Marie-Madeleine, ce qui ne pouvait s’entendre que comme provoqué par mon affirmation de ce que tout s’expliquerait si tu étais la réincarnation du Christ. Ce que tu subis, si ce n’est pas une crucifixion, en est symboliquement proche. La deuxième demande reprenait ce thème. Quel sens peut-on donner au fait pour un américain dont la majorité ignore les liens qu’il a avec la France de devoir s’engager à payer des dommages occasionnés dans ce pays par des casseurs, cet engagement passant par une française inconnue de la majorité ? Le propos est de t’en rendre responsable sans rien expliciter concernant ce qui permettrait de le faire.

Je te l’ai écrit, je suis agacée, en besoin de trouver une solution pour ne plus jamais être exposée à ces comportements délirants. En même temps, il me semble limpide que le but est de les maintenir. Si c’est le cas, ça confirme une nouvelle fois mon hypothèse. Qu’est-ce qui peut rendre compte de l’acharnement pathologique que tu subis ? Je ne vois sincèrement pas. Ça en est grotesque. Pour moi qui doit comprendre par signes ce qu’il en est, je me sens régulièrement confrontée à tellement fou qu’impensable. Le fait même que ce contexte soit maintenu, là où le bon sens voudrait qu’une négociation soit enfin engagée, des mots posés, confirme le problème. Pourquoi est-il si difficile d’énoncer la réalité, si ce n’est qu’elle est impossible à présenter sans être confronté à une nécessaire origine karmique qui ne peut en aucun cas être Salem alors que si tu étais bien George Corwin, ce que tout me porte à croire, tu avais 26 ans au moment des procès, et tu es mort à 30 ans ? Je l’écris depuis octobre 2011, nous sommes face à une structure, ce harcèlement a été voulu et comporte la résolution en son cœur. Il y a un blocage qui ne peut que nuire à tous, et rendre impératif d’observer de façon attentive ce qui se passe. Comment pourrait-on prétendre justifier cette demande que tu paies les dommages causés par les casseurs ? Encore une fois, si ça t’a été demandé par SMS, tu es ligoté au point de ne pas pouvoir le prouver, et moi, je ne le peux pas. Le but est de tout tenter pour obtenir, et nier au cas où il y aurait refus et confrontation à l’abus.

Cette situation est connue, et j’imagine que beaucoup attendent qu’elle soit résolue, d’autant que l’agenda de dépopulation est maintenant largement plus connu qu’il n’était censé l’être, que les Gilets Jaunes permettent de prendre la mesure du mouvement de masse qu’il pourrait déclencher. Le propos a toujours été de nous viser tantôt l’un, tantôt l’autre, voire les deux en même temps, si je pense à ce mois d’octobre qui a vu mes convocations PJ et les Gilets Jaunes. Tu sais que les charges d’eau ont été utilisées pour me contraindre. Mon compteur d’eau chaude est bloqué, ce que j’ai signalé. Je suis sans nouvelles, ce qui n’est pas normal. Le propos est de contraindre. Quant à ça, rien ne change. Par contre, il n’est pas atteint, et la durée donne une visibilité, une conscience partagée. Si je n’ai pas accès à ce qui se passe en coulisses, j’ai du mal à concevoir que tous restent silencieux, et s’ils le sont, j’imagine qu’une réprobation peut s’exprimer autrement. Cette dernière demande que ma sœur Guizard t’a adressée par SMS était dangereuse parce qu’impensable, et aurait pu se retourner contre ses initiateurs. À trop jouer avec le feu, on risque de se brûler. Qu’on en arrive là, quoi qu’il en soit, me donne le sentiment que certains sont aux abois. Une solution doit être trouvée. Je n’exclus pas qu’à terme il faille vérifier de façon scrupuleuse si tu es la réincarnation du Christ, et tirer les déductions qui s’imposent. Continuer cette maltraitance abjecte pourrait avoir des conséquences telles que tes agresseurs s’en mordraient les doigts.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole

READING 5749-1 June 14, 1932

READING 5749-2 June 28, 1932

READING 5749-3 June 17, 1933

READING 5749-4 August 6, 1933

READING 5749-5 May 1, 1934

READING 5749-6 April 5, 1936

READING 5749-7 June 27, 1937

READING 5749-8 June 27, 1937

READING 5749-9 October 21, 1937

READING 5749-10 April 5, 1939

READING 5749-11 September 29, 1939

READING 5749-12 March 24, 1940

READING 5749-13 March 12, 1941

READING 5749-14 May 14, 1941

READING 5749-15 June 22, 1941

READING 5749-16 September 10, 1941

READING 295-1 December 23, 1929

Reading 295 -10 January 18, 1935 Marie-Madeleine

Reading 295-11 April, 3, 1936 Marie Madeleine


0 commentaire »

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher