Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 665

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 665

décembre 16, 2018 par Nicole Guihaumé

collage 665 400

Mon cher Bill,

Je peux être stupéfaite des dégâts provoqués en lien avec la détermination à obtenir que tu épouses ma sœur Guizard. Tu te souviens de l’incendie qui a eu lieu ici, le 12 mars dernier. Je t’ai écrit cette lettre, la 327°, le soir même, reprise dans Precisions, ce fichier que je t’écrivais à mesure. Quelques heures après, il a fallu l’enlever, je l’ai remplacée par cette autre, qui y est encore, et ai changé Precisions. C’est la seule fois où j’ai changé quelque chose que j’avais mis en ligne. Puis il y a encore eu changement, ce qui m’a fait commencer le 3° Precisions, le 16 mars. J’ai communiqué ces différents éléments à mesure, tu les as donc eus, comme la NASA, avec laquelle beaucoup s’est joué au mois de mars. La tension était importante. Je n’ai pas du tout souffert de l’incendie, dont je ne pense pas qu’il se soit propagé jusqu’au 14° où je suis, mais de cette tension maintenue sans que je puisse avoir aucun contact direct.

Aujourd’hui, comme ça arrive de façon très exceptionnelle, quand j’ai pris l’ascenseur, une voisine d’un étage inférieur, le 8°, qui n’avait pas immédiatement appuyé, était dedans. Et là, j’ai découvert ce que j’ignorais, qu’il y a eu des flammes, ce jour là, comme je l’ai constaté au 12°, mais pas ailleurs dans cette mesure. Elle n’a pas réalisé ce qui se passait, jusqu’à ouvrir sa porte, voir des flammes, donc, de la fumée dans laquelle seuls les casques des pompiers, étaient perceptibles, par leur brillance. En a subi le contre-coup par un stress post traumatique pour lequel elle s’est fait aider, et a décidé ensuite de déménager, quitter ce lieu définitivement, ce qu’elle fait début février. Entendre ça m’a étonnée, peut-être parce que j’entendais les flammes, là où je n’ai vu que leurs traces. Par contre, je me souviens qu’il nous a été dit que l’incendie avait pris dans le local poubelles au rez-de-chaussée. C’est la compréhension que j’ai de cet avis trouvé dans ma boîte aux lettres, et qui a été affiché dans le hall, il me semble. Or elle m’a dit que ça avait pris au 15°.

Il y a des personnes âgées dans cet immeuble, certaines présentes depuis l’origine, en 1979, je crois. Cette voisine a 78 ans, parle de peur très intense. Comment peut-on concevoir délibérément pareille violence, c’est ce que je ne comprends pas. Pour moi, cet incendie est resté très virtuel parce que je n’ai rien vu d’autres que des camions de pompiers et des voisins en bas, les traces que j’ai prises en photo, fin mars, quand, descendant par les escaliers, j’ai vu la porte du 12° ouverte, et ces traces, jusqu’au plafond. Sinon, le souvenir que je garde est celui des hypothèses et tests faits pour réussir à comprendre ce qui se passait, qui était manifestement grave. Rien à voir avec ce que j’ai entendu évoquer par cette voisine. Je n’ai pas eu peur, peut-être parce que je n’ai rien vu. Parler de stress post traumatique suppose que ça ait été particulièrement inquiétant. Déménager suite à ça le confirme.

Je suis bien quand je suis en retrait, dans le contexte que je subis, mais là, entendre ces mots sur l’incendie, sur le départ que ça provoquait, alors que nous descendions ensemble a attisé ma curiosité. Sans quoi, l’absence de contact me convient, dès l’instant où tu m’as laissé entendre que de faux témoignages avaient été demandés. Je ne peux avoir aucune prise là-dessus. Dès l’instant où il y a invention, on peut balancer ce qu’on veut et les motivations ne sont pas visibles si facilement. Depuis que j’ai signalé que mon compteur d’eau est bloqué, rien n’a été fait pour le changer, ce qui renforce mon sentiment que mon logement, mon lieu de vie, est utilisé pour m’atteindre. J’ai croisé le 1° décembre le gardien qui a constaté qu’il était bloqué, qui m’a dit avoir vu la gérante dans la semaine qui lui avait dit qu’il allait être changé. Depuis, rien, et ici une intensité telle que je ne m’en suis pas occupée.

Je t’avoue avoir hâte que tout ça se solutionne, tant ce que je subis est difficile à vivre et même à formuler. Je passe ma vie dans un réel/irréel, dans ce qui semble virtuel tout en étant manifestement connu comme réel. Je ne peux, depuis toutes ces années, avoir aucun échange direct sur ce qui désorganise ma vie. Dès 1990, je notais ne pas comprendre différentes choses qui me semblaient anormales. Je me souviens de l’échange téléphonique que j’ai eu avec Michel Lacombe après que notre rendez-vous du 12 juillet avait été annulé. Je ne comprenais pas. Je le percevais très fiable, il avait manifesté souhaiter se rapprocher, et là, la différence ne m’était pas lisible. De mon côté, pas un seul fait ne l’expliquait. Or il m’avait bel et bien gardée près de 3 heures dans son bureau, alors que tout le service savait que j’y étais. Il avait annulé tous ses rendez-vous de l’après-midi. C’était le 6 décembre 1989, il était DG depuis avril. Beaucoup disait qu’il n’avait pas le charisme de Bernard Vergnes avec qui il avait créé la filiale française en 1983 et qu’il remplaçait depuis que celui-ci avait créé la filiale européenne. En avril, il avait été en concurrence avec un autre dont j’ai oublié le nom qui est ensuite parti chez Amadeus. L’incohérence lors de cet échange, m’a semblé flagrante. Je n’avais aucun moyen de comprendre, ce que j’ai vécu jusqu’à son décès, et bien au-delà.

Je ne vois pas à qui cette situation pourrait apporter quoi que ce soit, et je le vois d’autant moins que l’aspect réincarnation me semble connu de toutes les personnes concernées. Prolonger les violences ne peut que leur nuire à elles-mêmes. Personne ne peut rien y gagner. La réalité est que ces derniers jours, la tension était telle que j’ai mal dormi, qu’hier, à peine j’ai perçu au clavier qu’il serait sage de ne pas aller manifester, je n’ai pensé qu’à me rallonger, l’ai fait. Je ne vois pas comment quiconque pourrait vivre ce contexte sans en être profondément affecté. Il est à l’opposé de ce pour quoi nous sommes faits, littéralement contre-nature. La destitution de Macron semble devoir être demandée, et ce serait déjà un changement majeur. Fillon, en ce cas, est le seul légitime, et l’est totalement. Comment ça peut se mettre en place, je l’ignore. J’imagine que Gérard Larcher, normalement en position de remplacer Macron, peut le lui demander, sachant les raisons du lynchage qu’il a subi, alors qu’il était largement en tête, et la fraude qui l’a bloqué, le 23 avril, alors qu’en dépit de la violence de la charge menée contre lui, il l’était toujours. Il prendrait sa place, il pourrait initier une réforme constitutionnelle pour introduire le référendum d’initiative populaire, abroger la loi de 1973. Mon espoir est là.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 665

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher