Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 714

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 714

janvier 18, 2019 par Nicole Guihaumé

montage 186

Mon cher Bill,

C’est reparti dans les menaces de mort, les pressions à n’en plus finir. J’imagine que c’est d’avoir opéré constamment en coulisses qui a permis qu’on en soit là. Evelyn de Rothschild, Warren Buffett et ton père sont à nouveau chez toi, tandis que j’ai reçu des AR de non lecture des juges de Seattle, sans doute sifflés par Trump ou Kushner, et qui portent sur des mails que je leur ai envoyés les 2 et 3 janvier, il y a quinze jours. Un tel degré de collusion est effarant.

La stratégie est toujours la même. Tant qu’ils pensent bloquer tout, ils laissent faire. J’ai demandé cette conciliation mercredi à l’aube, ici. Depuis, j’ai l’impression que l’étau s’est refermé autour de toi, ne te laissant plus d’espace pour respirer. Ils mettent la pression, alors que ce génocide est littéralement impensable maintenant, si je me fie à la situation française, sérieusement critique. Avoir des vidéos de violences policières scandaleuses dans un pays qui se prétend pays des droits de l’homme et qui utilise contre sa propre population des armes que les autres pays européens n’utilisent pas le situe en queue de peloton.

La France, pour des raisons que j’ai tenté de documenter à partir des vidéos trouvées en ligne, semble considérée comme devant jouer un rôle clé, et il se trouve que c’est avec ce pays que tu as des déboires. Sans lui, jamais tu ne serais dans cette situation. On te manipule pour que tu t’adresses aux élites non informées du génocide programmé et leur donnes des consignes précises pour qu’elles aillent se protéger, assumant par cette parole contrainte le projet d’Evelyn de Rothschild, alors que ça ne tient pas du tout la route et que le mouvement des Gilets Jaunes a impliqué une communication incessante sur les enjeux présents, l’origine de cette situation. À partir de là, ne pas voir que le moindre faux pas peut déclencher une réaction imprévisible demanderait une extrême candeur.

J’ai mis tout à l’heure en ligne cette vidéo d’Alexandre Langlois, policier secrétaire général du syndicat Vigi qui met en cause frontalement le gouvernement, demande la démission de Castaner :

En sept heures, elle a été visionnée plus de 74000 fois. Pareil taux de visionnage indique bien une veille et une hyper réactivité. Il est 4h20, ici. En théorie, on dort. Que demain l’armée, les forces de l’ordre, se mobilisent contre les démarches engagées dans le projet de génocide, si un passage à l’acte était tenté, qui sait ce que ça peut donner ? Le projet est plus ou moins connu, selon les professions concernées, et les réseaux impliqués. Je ne suis pas sûre qu’on puisse savoir précisément qui sait quoi. Tu me fais savoir que ça peut être très vite mis en œuvre, ce qui suppose une méthode éprouvée, puisque si je comprends bien, ça suppose qu’un demi milliard de personnes parte sur Nibiru, ce qui me semble impossible, et qui pourtant passe au test, mais le temps qu’elle se déplace jusqu’à leur point de départ, tout peut arriver. Il suffit qu’une personne comprenne ce qui se passe, et décide de s’y opposer.

Je n’ai pas tous les éléments, mais de ce que je comprends, on veut te contraindre à prévenir les élèves de grandes écoles, à leur demander de rejoindre un point d’embarquement, alors que le génocide serait imminent. Et s’ils s’opposent ? Ils ont des familles, des réseaux, nul ne peut préjuger de leurs réactions.

j’ai commencé cette lettre, avant d’être interrompue. Il semblait que tout était foutu, que le génocide aurait lieu avant le printemps, qu’on ne pouvait rien opposer. Je me suis couchée à 5h, pleine de questions, depuis cette réalité que je ne peux rien vérifier, que ce que j’écris me semble complètement insensé, mais pas plus que la convocation à expertise psychiatrique qui m’a été envoyée le 25 mars 2015, trois heures après que mon complément de plainte contre Jacques-Antoine Malarewicz, l’accusant de la conception du crash Germanwings a été dupliqué à la même seconde exactement, ce que tu étais, à mes yeux, le seul à pouvoir faire. Nous étions en plein état d’urgence, et cependant le 9 et le 17 avril, deux OPJ étaient envoyés chez moi. Le décalage n’aurait pas pu être plus grand, confirmait que quelque chose se joue par rapport à moi, qui me dépasse. Ce n’est que le 10 juin que j’ai vu la duplication de mon complément, et alors, j’ai envoyé ces deux mails :

Jacques-Antoine Malarewicz, the evil brain who conceived the Germanwings crash

Mail François Falletti 10 juin 2015

Le 30 juin, à 6h30, on tentait d’ouvrir ma porte, ce qui me réveillait immédiatement par le bruit produit contre ma propre clé, à l’intérieur.

Le 11 novembre 2015, folie ici, détecteur de fumée qui se déclenche, douche qui s’exprime comme si j’étais dessous. Je n’en pouvais plus d’envoyer des mails. J’y étais depuis plusieurs heures. J’ai fini par douter de la plausibilité de ce que je comprenais, ai refusé de continuer. Le 13, avec le Bataclan, j’ai compris.

Je suis donc dans cette situation de folie, contactée par signes à ma demande, confrontée à ce que je ne sais que qualifier d’escalade frénétique dans la pathologie, avec la difficulté de ne rien pouvoir vérifier. Je suis aujourd’hui sûre que tu as demandé à me rencontrer le 12 juin 1990, que Bernard Vergnes s’y est opposé en contactant mon analyste Simon-Daniel Kipman qui t’a prétendu en accord avec lui que je serais suicidaire, puis face à tes questions, ils n’ont pas trouvé mieux que de te proposer un rendez-vous avec ma sœur Guizard qui t’a séduit. Après, tout semble organisé par la culpabilité de Kipman qui est déterminé à ne jamais être confronté, et sur les projets qu’Evelyn de Rothschild poursuivait par rapport à toi.

Quant au reste, cette nuit, tout me semblait fou. Je me disais qu’il me fallait arrêter d’écrire ces lettres, arrêter d’envoyer ces mails, aller à la conciliation lundi, si ça ne donne rien, voir l’ADIL, et mercredi aller à cette deuxième conciliation dans le but d’en obtenir une avec toi. Il est 17h, je suis à peine passée depuis mon lever, évidemment tardif, j’ai vu ce nouvel AR de Catherine Troëndle :

Lu_ Emmanuel Macron semble menacer de mort Juan Branco pour l’empêcher de me défendre RE_ Lu_ Les menaces de mort d’Emmanuel Macron… troendle.senateur@wanadoo.fr 18012019

elle me l’a envoyé à 14h13. De ce que je crois comprendre, c’est toi qui es encore et toujours menacé de mort. Cette nuit, j’ai écrit aux dirigeants et employés de Microsoft dont j’ai l’adresse pour leur demander d’aller te protéger. Ils semblent être venus, puis repartis, et les menaces continuent, sont exercées à titre de chantage pour t’empêcher de venir à la conciliation que je t’ai proposée. Le but est toujours d’obtenir que je t’accuse, ce que je ne ferai pas. Il faut trouver une solution, et pour moi, elle ne peut passer que par un contact direct, raison pour laquelle je te le demande.

La vidéo d’Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat Vigi, a passé les 221 000 vues, ce que je perçois comme un signal nécessaire qui ne peut pas être annulé. Le monde est en alerte. Même si ma lucarne est petite, je ne crois pas me tromper. Il répond aux questions que posent les violences policières sur RT :

Et comme par hasard est convoqué en conseil de discipline le 14 février. Demande qu’on vienne le soutenir à partir de 8h45, 1 rue de Lutèce PARIS, à la sortie du métro 4 Cité, ce en quoi il a absolument raison. Le tir de flashball qu’a reçu Olivier Beziade a été un déclencheur. C’est allé trop loin, et on est, à tous les niveaux, il me semble dans ce débordement couplé à un refus de passer la main, ce qui est pourtant la seule solution. Quand je parle de refus de passer la main, je suis précise. Je ne vois pas de meilleure solution qu’une conciliation entre toi et moi, suivie d’un engagement que nous pouvons prendre ensemble de tout mettre en œuvre pour rétablir l’ordre, sérieusement mis à mal. En ce cas, nous prendrions, ensemble, le relais. On te menace de mort pour l’empêcher, sans avoir rien d’autre à proposer, alors même qu’arrivés à ce stade, l’impossibilité d’aller plus loin est flagrante. Que disent les policiers qui osent encore parler, quand ils évoquent les suicides en nombre de leurs collègues, si ce n’est qu’il y a dans leur institution un très haut niveau de violence qui, jusque là, est retourné par un nombre important contre eux-mêmes ? Personne ne peut croire que cette violence les laisse indifférents. Elle sédimente. Le jour où elle se retournera contre leur hiérarchie, coupable de façon indéniable, bien malin qui peut prétendre apporter une réponse appropriée, après des décennies de refus d’entendre. Si même France Télévisions évoque ces suicides de policiers, nettement plus importants que dans le reste de la population -36% de plus-, c’est qu’ils ne peuvent plus être cachés :

Cette seule réalité devrait alerter, du fait des moyens dont disposent les forces de l’ordre, à tous les niveaux. Il est question de mort imposée, qui viendrait après des années de conditions de vie des plus difficiles. La mise en perspective, dans un «Tout ça pour ça» est à haut risque de réactions incontrôlées.

Nous sommes face à un refus total de changer, à une immuabilité des comportements, et des réactions qu’ils provoquent :

ExpulsionAnimatedJew

au sommet de l’escalade. Te tuer n’aurait aucun sens, ne manquerait de faire boomerang. Evelyn de Rothschild, Warren Buffett, ton père, ne cessent de te menacer. Pousser le raisonnement jusqu’au bout peut aider. Demain, tu n’est plus là, que leur reste-t-il ? Uniquement leur pathologie, l’addiction qu’ils ont à elle, et le manque de crédibilité qu’ils ont maintenant en profondeur. Tu es là, tu as moyen de pacifier. Personne d’autre que toi ne peut obtenir ma participation. À partir de là, sachant la place dans laquelle ils m’ont mise, il me semble qu’il serait temps qu’ils reviennent à la raison.

J’ai besoin de me reculer, d’envisager la suite, même si je ne la vois qu’avec toi, sachant que de l’instant où je te rencontre enfin, je suis prête à mobiliser tout ce que j’ai de ressources dans un sens de résolution. Je peux tout entendre, tout tenter de comprendre, certainement pas tout tolérer, et là, je suis comme les Gilets Jaunes, je suis Gilet Jaune, et non pas «gilet jaune» comme la presse choisit de le présenter. Ma coupe est pleine. En même temps un jour de repos, une demie journée, et je reviens avec un regard neuf. Sachant qu’une formule aussi simple qu’«il ne faut jamais accepter l’inacceptable» me convient tout à fait. Jusque là, il a régné. Difficile de nier que ce temps est révolu.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole

montage 186


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 714

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher