Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 745

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 745

février 3, 2019 par Nicole Guihaumé

jesus dans les lectures d'Edgar Cayce

Mon cher Bill,

A peine une évolution se dessine, et il y en a d’indéniables, telles que le fait que tu ne subisses plus Zamir Cohen depuis que je t’ai demandé de m’épouser, je reprends des livres, cherche des vidéos sur Edgar Cayce, la réincarnation, ce qui m’a menée à David McMillin que je ne connaissais pas, à cette série de vidéos, par exemple, sur la vie de Jésus telle que présentée par les lectures :

J’ai deux réactions quasiment immédiates. Je suis profondément heureuse, et tout aussi effarée. Je ne comprends pas. Tu m’as fait savoir que le génocide était validé par l’A.R.E, par les professionnels les plus connus en matière d’expériences de mort imminente. Je ne me pense ni candide, ni illuminée. Pour moi, la vie est sacrée, et s’il me semble l’avoir toujours perçue telle, ces lectures ont décuplé ce sentiment. Il y a un tel apport, une telle évidence, dans ces lectures que je me les suis prises en pleine face, différemment selon les moments. Elles donnent accès à une richesse, une cohérence, un plan d’une immensité qui nous dépasse tous, nous enjoint, il me semble, d’entendre, d’apprendre, d’accepter. J’entends dans le génocide un refus. Une négation. Soit il y a insatisfaction de son sort et exigence d’un meilleur que l’on ne sait envisager qu’en détruisant tous ces autres qui empêchent de vérifier la réalité d’un choix qui ne serait alors que fantasmé et prétendu possible par destruction, il y a des siècles, d’autres écrits, portant, par exemple, sur les autres Elohim que Yahvé, soit il y a refus de la réalité de la majorité de la population depuis une surévaluation pathologique de soi. Pareil projet est négation.

Dans la première vidéo de la série sur Jésus, le fait qu’il ait soigné le fils de Ponce Pilate est évoqué, comme il l’est aussi dans ce texte de Doug Simpson qui indique les lectures qui ont parlé de cette guérison par exemple la 1754-1. Je t’en reprends cette phrase : “Then cultivate – in thy mind, in thy body – those attributes which are endowed with that seeking for the knowledge of the true relationship of every soul with its Maker.” En elle-même cette seule formulation qui est délinée dans quantité de lectures, dont le sens revient sans cesse, est opposée au génocide. La connaissance de la véritable relation de chaque âme avec son créateur inclut évidemment la réincarnation. La relation au créateur ne peut pas se penser autrement. Comment seulement s’imaginer que ça ne serait pas rejet de lui que de détruire tout ce qui est déjà écrit sur les trajectoires futures de chacun ? Les témoignages d’expériences de mort imminente sont formels. Il y a, dans l’autre plan qu’il ont brièvement expérimenté accès simultané au passé, au présent et au futur. Ce sont 7 milliards de futurs qu’il est question de détruire. Comment penser la relation de ceux qui valident ce projet à leur créateur, après ça ?

On est en plein non sens, en plein impensable, du seul fait que les lectures de Cayce valorisent avec une telle insistance la conscience, le respect de l’autre, la création, la recherche d’une juste relation aux forces créatrices, et que ceux qui continuent à les présenter les nient radicalement par ce projet, ce qui les met en position de dupes, de traîtres qui professent une chose pendant qu’en coulisses, ils s’activent pour obtenir son opposé, pour l’imposer par corruption, crime et perversion. On ne peut pas considérer les false flags conçus en intégrant la réincarnation dans leur déroulement autrement que comme une perversion, un crachat à la face du divin. Que ça ait été validé m’est incompréhensible tant ça requiert d’absence de respect par principe. Tout est détourné, vidé de son sens. Que ça ait été fait, en plus, après mon identification de Salem, alors que pour ne pas voir un projet qui se déroule depuis, il faut refuser ce dont dans le même temps on s’empare, est stupéfiant. Comment peut-on sur une longue durée maintenir deux mouvements qui sont en radicale opposition, sans réaliser que ça n’a aucun sens et ne peut aboutir ?

Je ne vois pas ce qui pourrait me rendre plus perplexe. La seule explication que j’ai est que pas une seule seconde ces personnes n’ont cru ce qu’elles professaient, elles n’ont pu le vivre que comme prothèse pour glorifier leur moi, ne s’y intéressant que comme on prend une pose. Elles sont, en ce cas, totalement fausses, ce qui est dangereux puisque c’est par elles que ces connaissances sont diffusées. On en revient à ce qu’écrivait très justement Michael Mandeville, quand il parlait des problèmes d’ego de Cayce :

All Edgar Cayce had to do to avoid the problems of the depression was to read his own damn readings and act accordingly. Quite evidently he did not. Quite evidently he has riding a big ego jag at the time and left everything in everyone else’s hands.

http://www.michaelmandeville.com/phoenix/trilogy/bookone/rp1chapter11.htm

À nouveau, on a de cet homme une image très extérieure, depuis la réalité incontournable qu’il a énormément donné de lectures, au delà du raisonnable. Il en aurait donné moins, ça lui aurait permis d’avoir plus de temps disponible et la formation d’autres mediums aurait pu prendre une place qu’il ne voulait probablement pas. Mil fois j’ai lu, sous la plume de professionnels qui avaient manifestement un sérieux problème avec, qu’il fallait dépasser l’ego. Le génocide pose un problème d’ego monumental. Les personnes qui le valident ne peuvent qu’être aveuglées par le leur. Il faut une outrecuidance insensée dès l’instant où le valider revient à exprimer qu’on se considère plus valable que les 90 à 99 autres qui mourront là où on restera. Ça mène à des extrêmes tels que les surfacturations d’eau qui me sont présentées. Encore une fois 763 m3 d’eau en 4 mois reviennent à 2289 m3 par an, là où la consommation moyenne annuelle est de 40 m3. Ces relevés de prétendues consommation et factures, si elles circulaient largement, ont de quoi complètement disqualifier toute personne qui y a été confrontée professionnellement. Rien ne permet dans nos repères habituels de les expliquer. Elles posent la question de l’enjeu qui doit être énorme pour en rendre compte, tellement c’est impensable.

À l’instant où il devient incontournable que le génocide ne pourra pas être imposé, tous ceux qui l’ont validé ne peuvent que se retrouver en face d’eux, avec la crainte d’être exposés pour avoir tout mis en oeuvre pour l’obtenir. La majorité, dès cet instant, ne peut que les considérer comme des fous dangereux, ce qu’ils sont, au minimum à ce niveau, mais comment concevoir qu’on le soit à un tel niveau et pas à d’autres ? Tout se passe, pour ceux qui, depuis des années, vendent leur prétendue connaissance de Cayce, comme s’ils s’étaient entichés du caractère éblouissant de ce qu’elles révèlent. C’est absolument fascinant, et la seule façon respectueuse de les concevoir, à mon avis, est d’humblement les épouser, de viser une union avec elles, dans le sens de la non séparation. Toute autre est la volonté de s’en emparer comme d’une rose qu’on se met à la boutonnière, qu’on changera dès qu’on en trouvera une autre d’un éclat encore plus remarquable. Il y a dans Cayce la notion d’unité qu’exprime cette vidéo plusieurs fois partagée :

Si nous sommes tous un, alors nous sommes tous sacrés, et aucun n’a le droit ni le pouvoir de toucher à l’autre sans une raison dont il peut rendre compte explicitement. Tout, dans le génocide, se joue sur l’énonciation. Partagée par ceux qui le valident, et connu de ceux qu’ils contraignent, il ne pouvait être imposé qu’en restant inconnu des masses jusqu’à sa quasi réalisation. Reste tout de même le problème de la responsabilité, et il explique mes facturations aberrantes. Le but est toujours de me contraindre à prendre un avocat qui, quoi que je puisse faire, me trahirait et prétendrait que j’ai demandé que tu valides le génocide. J’ai déposé cette injonction de faire :

LR_20190202_1E00184350892_PD Injonction de Faire Paris Habitat

maintenant, il me faut trouver moyen de mettre des compteurs qui ne soient pas Techem. Il n’y aurait aucune autre solution, je pourrais renoncer à l’eau courante. Laver mon linge à l’extérieur, gérer avec de l’eau que je rapporte. Il me semble qu’aucun compteur ne peut incrémenter robinets fermés, sauf si c’est entièrement électronique, mais alors, ça peut se faire expertiser, il y a moyen de dénoncer. Par ailleurs, je suis sous observation constante, et dès l’instant où des compteurs à télé relève seront installés, la même observation pourra en être faite. Ce qui m’étonne est que l’insistance est telle que le propos évident est de pousser la surfacturation, avec les Techem, comme il était tenté de le faire là. Ça suppose une sacrée manoeuvre, parce que concrètement personne ne peut, dans un immeuble, consommer 190 m3 en un mois ou 763 en 4, sans qu’il y ait un sérieux problème. Ça revient à la consommation ordinaire de 57 personnes. C’est juste impossible. Le fait est que je peux m’appuyer sur les relevés et factures communiqués pour assigner Paris Habitat, demander qu’il paie l’installation de compteurs que je choisis, comme les Sferaco, par un installateur que je peux contacter au moindre problème. J’ai demandé plusieurs devis. J’en demanderais d’autres si ça ne suffisait pas.

La folie de ces ego surdimensionnés est là. Ils veulent imposer, refusent d’assumer. Je me suis demandé un temps insensé pourquoi on avait supprimé le nom de mon père de mon ascendance, avant de comprendre que, et juste là, je ne me souviens plus comment j’en suis arrivée là, par quel biais cette seule hypothèse restait validée, le propos était, une fois obtenu mon suicide, de me faire remplacer par ma demi-soeur, Nathalie, qui a 16 ans de moins que moi. Je t’avoue que quand cette seule explication a été confirmée, je n’ai pas réussi à la croire, avant de repenser aux années qui ont suivi cette saloperie de curatelle obtenue en 2003, et là, j’ai des pages de cahier où je note explicitement que je me sens poussée vers le suicide. Ce que je n’ai toujours pas compris est la raison pour laquelle je serais nécessaire, moi ou une autre prenant ma place. Apparemment c’est en lien à Michel et toi. Je semble figurer quelque part, nommée de façon telle que ça ne puisse être effacé.

Pour moi, ça ne passera pas. J’ai bien conscience que beaucoup repose sur moi, comme si tu ne pourrais rien refuser que je te demande ou qu’on parvienne à prétendre en mon nom que je t’aurais demandé. Je me sens solide, et il me semble avoir prouvé que je tiens la route. Je ne laisserai pas faire. Une fois que les choses sont claires, je cherche jusqu’à trouver moyen de m’opposer, quand c’est nécessaire. Je me suis toujours demandé comment mon eau chaude avait pu être interrompue dans un immeuble, alors que les autres en avaient encore. Je n’ai pas les compétences requises, mais je n’ai bel et bien pas eu d’eau chaude du 4 janvier au 4 octobre 2018. Je l’ai signalé sans rien obtenir. J’imagine qu’on attendait que je formule une demande plus explicite. La gardienne relève les compteurs ? Le lendemain, j’en ai à nouveau. Manque de pot, le compteur est bloqué, ce que je ne vois qu’un mois plus tard. Donc pas d’autre choix que de les changer. Tout ça est calculé. L’eau chaude s’est arrêtée quand j’ai enfin compris que la chasse tirée au-dessus jusque toutes les 4 minutes puisait l’eau chez moi, entre le 9 décembre et le 4 janvier, et je l’ai compris parce que ma propre chasse a été détraquée. Qu’il m’a fallu bloquer l’eau, ce que j’ai fait au début par les deux robinets, avant de penser à celui de la chasse. Quand j’ai rouvert l’eau chaude, le jour même, elle ne marchait plus, je n’avais qu’un filet infiniment réduit. Par contre, depuis, je n’entends plus cette chasse. Mon robinet est systématiquement fermé, je ne l’ouvre que pour la tirer.

Autant dire que certains ne vivent que de la pensée de ce génocide, épient sans cesse pour se rassurer, se convaincre qu’ils l’obtiendront. Je n’en crois rien. Par contre, il va falloir négocier la sortie de crise, et ça demande de sérieuses compétences. Ce qui a été pensé, visé, défie l’entendement, et encore une fois, connu, va confronter la majorité à cette réalité qu’on a voulu la liquider. Je ne vois pas comment on pourrait éviter de le reconnaître publiquement. Il y a de quoi à la fois donner une réponse à toutes les questions que se posent les gilets jaunes, sans être les seuls à se les poser, loin s’en faut, et révolter, déclencher un rejet qu’il faudra contrôler, ce qui demande, là encore, de sérieuses compétences. Il serait bien plus facile, rapide, et efficace de liquider les promoteurs du génocide que les cibles qu’ils visent depuis des décennies. Encore une fois, dans un ordre normal des choses, ce sont les plus gênés qui s’en vont.

Ils sont tellement éloignés de la réalité que jusque pour cette lettre, le formatage m’a été changé, la taille étant telle qu’elle est, là, seulement à partir de « Pour moi, ça ne passera pas », et je n’ai pu parvenir qu’à tout mettre dans cette taille en copiant ma lettre en texte, avant de la reprendre ici. Quand je vois ça, je me demande quel est le but de celui qui pirate. Me convaincre, moi ? C’est peine perdue, et il a tous les moyens de le savoir. Convaincre ceux qui me lisent ? En ce cas, il me fait savoir que je suis lue, et que ce que j’écris peut influer sur le cours des choses. A moins que pour changer, il ne se parle à lui-même, perdu dans son ego, ne sachant rien faire d’autre que proclamer encore et toujours qu’il serait supérieur…autant qu’on l’est quand on ne peut vivre sans surveiller tous ses voisins, y compris à l’autre bout du monde, provoquer des crimes de masse dont on accuse d’autres, tenter par tous moyens de te contraindre, toi, à assumer les buts qu’il poursuit lui. Comment qualifier pareils besoins, si ce n’est de pathétiques ?

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 745

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher