Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 747

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 747

février 4, 2019 par Nicole Guihaumé

collage 712 en 400 Ovadia, Georgia Guidestones

Mon cher Bill,

Ta situation est stupéfiante, et je pèse mes mots. Tu sembles avoir exprimé au minimum de 1999 à 2002, année complète, donc en fait trois années durant, de forts sentiments pour moi, qui ont abouti au meurtre de Michel, meurtre qui t’était présenté comme seule solution. Quelle que soit l’évolution pour toi, depuis, il s’agissait d’un contexte hors normes, de sentiments d’une intensité rare. Replacés dans la réalité de nos existences successives, ils me semblent attester de ce que nous sommes Michel, toi et moi, d’anciennes connaissances, que nous avons tissé des liens forts pendant plusieurs incarnations qui ont inscrit une mémoire qui, réactivée, a pu faire passer le reste au second plan. Quand je pense à Michel, je ne peux que mesurer qu’il a accès à ce qu’il a été pour moi qui l’ai attendu des années, confrontée à ce qu’aucun autre ne pouvait prendre la place à laquelle il était pour moi. Pire, je voulais me garder disponible pour lui. Je reviens à cette expérience depuis mon besoin de me représenter ce que je suis pour toi. Si effectivement, ce qui trame nos liens vient de loin, je peux imaginer que j’aie compté pour toi.

Aujourd’hui, après toutes ces années, ça m’est plus difficile parce que je sais que tout est fait pour me disqualifier à l’artillerie lourde, avec une mauvaise foi sans borne. Ce que je subis provoque des réactions intenses sur lesquelles il est très difficile d’avoir prise. Je ne vois donc pas comment quiconque pourrait s’en emparer pour me disqualifier de façon pertinente, ce qui supposerait de démontrer qu’une autre personne subissant les mêmes violences les gérerait mieux. À mes yeux, tenir comme je le fais, sans aide, sans médicaments signe que j’y ai pris mes marques, ce qui m’est possible parce que je choisis de baisser ma garde sur ce que je ne parviens pas à gérer. J’ai, jusque là, je pense, répondu à la majorité des demandes que tu m’as formulées depuis ce mode qui nous est imposé, est entaché d’une violence sans nom.

Au clavier, que tu y sois, ou que ce soit une autre personne qui te représente, il y a une insistance nette sur les surfacturations d’eau, en même temps que sur les lectures de Cayce qui portent sur Jésus, dont je pense toujours que tu es la réincarnation, et sur Marie-Madeleine. Je doute que je l’ai été, du fait que selon les lectures, la série 295 porte sur une femme qui l’a été et est décédée en 1987. Par contre, la relation que Jésus et elle ont eue a pu être expérimentée de façon proche dans une autre incarnation avec une autre personne que j’aurais été, comme j’aurais pu être un homme, ce qui semble avoir été le cas à Salem. En ce sens, quand il y a insistance au clavier sur Marie-Madeleine, je l’entends comme façon de me donner un repère sur qui je suis pour toi. Une personne qui a beaucoup compté au point que, m’observant depuis la distance qui t’est imposée, tu revis pour une part les sentiments expérimentés. C’est ce qui me semble exprimé par l’insistance avec laquelle ces facturations extravagantes me sont présentées, comme si elles n’étaient pas seulement langage par rapport au génocide, mais aussi langage me concernant moi. Il faudrait y aller au bazooka pour interrompre ce qui se joue entre toi et moi.

La question qui s’impose concerne l’éventualité que tu acceptes le génocide, si je n’existais pas, ou si je le validais, moi. J’ai déjà vérifié, et avant de me connaître, ce qui paraissait est que tu ne le validais pas, donc je n’ai rien changé. L’aurais-je fait, si je le validais ? Peut-être que ses promoteurs le prétendent, mais en ce cas, le mensonge est énorme parce qu’il n’y aurait aucune raison à l’opposition qu’ils mettent à ce que tu me voies. Ce qui leur pose problème est la nature des sentiments qu’ils te voient me porter, à partir de ce que Kipman sait de moi. La première année où je l’ai vu, j’étais perdue. Il y a eu une cassure pour moi quand j’ai parlé à mon père en juin 1980, ce rapprochement ayant entraîné un rejet de ma fratrie. Françoise le voyait, mais avait toujours su le divorce qui a été communiqué aux deux aînées au moment où il a été prononcé. Les trois derniers étaient censés ne pas dire à notre père qu’ils savaient. Cassure donc, que je relis dans mes cahiers. Je me sentais jugée et rejetée par eux. Kipman insistait sur ce qu’il nommait mon anti-conformisme et quand je m’en plaignais, me demandait si je préférerais être un bourrin. Littéralement, ce qu’ils te souhaitent est un bourrin qu’ils puissent baiser et manipuler à leur guise. Réflexion un peu dure pour Brigitte qui n’a pas été choisie pour ce qu’elle est, mais pour ce qu’elle a fait en te trompant, par son mensonge.

La seule compréhension qui me vient est que la relation que nous pourrions avoir exclurait toute manipulation. Il n’y aurait de place pour aucune, là où jusque là on m’a utilisée pour te manipuler. Je suis toujours stupéfaite des projets faits sur toi, comme si depuis toujours tu étais considéré par tes agresseurs comme leur propriété, comme s’ils avaient des droits sur toi. Quand la question du changement de mon ascendance s’est posée et qu’il a semblé que le propos était de me pousser au suicide et de me remplacer par une autre Guihaumé, ma demi-soeur, je me suis à nouveau retrouvée ahurie. Quelles que soient les qualités qu’elle a, on t’imposait une femme de l’extérieur. Après ma sœur, ma demi-soeur. Comme si le propos était de récupérer cette intensité émotionnelle en la capitalisant sur une femme manipulable parce que missionnée, mandatée, et donc redevable, si elle vit la situation à laquelle elle accède en se rapprochant de toi comme une promotion, sans l’investir vraiment au niveau affectif. Je me souviens de mon étonnement quand j’ai enfin compris que tu avais eu une relation avec ma sœur Brigitte, du fait de nos différences, tellement importantes que je n’imaginais pas un homme extérieur, sans lien antérieur à notre famille, attiré par les deux à la fois. Si je tente de qualifier ces différences, je retrouve ce que Kipman désignait par anti-conformisme. Brigitte ne se serait pas supportée célibataire sans enfant, avait besoin de pouvoir témoigner d’une insertion professionnelle, là où je pouvais me projeter dans des postes subalternes le temps de remédier à mes difficultés émotionnelles. Je l’ai connue rejetant tout travail sur soi. Ce qu’elle semble avoir fait lui a probablement été imposé, du fait de son lien à toi.

J’ai bien compris qu’il me faut assigner Paris Habitat, obtenir des compteurs à télérelevage sur lesquels ils n’aient pas la main, d’autant que les précédentes facturations prouvent qu’ils se foutent complètement de l’absence de plausibilité, ce qu’ils veulent est m’imposer un avocat qui me trompera à peine j’aurais signé un engagement avec lui. Je persiste à me demander ce qui se passera à l’instant où les manipulations génétiques qui permettent un reset physique et une prolongation de la longévité seront connues, connaissance à l’origine de laquelle tu pourrais être. À ce moment, l’un des fondements du génocide tombera, confirmant qu’il n’est pas possible de le réaliser. Quelles sont les priorités qui resteront ? Tes agresseurs cherchent par tous moyens à maintenir leur emprise, certes, mais ceux qui les pensaient incontournables pour voir leur longévité prolongée n’auront plus un besoin incontournable d’eux, il me semble. L’étau se desserrerait, de ce fait. De quoi as-tu besoin pour passer à ce temps où les contacts établis avec les extra-terrestres seront connus, en même temps que les possibilités génétiques qu’ils offrent ? Je me demande depuis un bon moment comment sont les autres, ceux qui ne sont pas sur Nibiru, si des contacts existent ou seraient possibles. Je me demande aussi qui pourrait les souhaiter, agir en ce sens avec toi. En bref, comment contrer l’emprise d’Evelyn de Rothschild. Je retombe encore et toujours sur la difficulté des condamnations que tu subis. Cette nuit, à 5h30, je mettais en ligne la 745° lettre que je t’ai écrite, entre 6h47 et 21h07, j’ai eu 62 AR non lus de Seattle.gov, les juges de Seattle, alors que je n’en avais pas eu depuis le 22 janvier. Ils m’en envoient par rafales, quand la BMGF les siffle. Ma lettre a donc fortement déplu. La réalité est cependant que tu existes, que j’en fais autant. Tout se passe comme si nous étions considérés comme devant être du bétail :

ovadia yosef gentiles exist only to serve jews

Le paradoxe, en ce qui te concerne, est que tu es censé te comporter de façon soumise pour fournir des engagements que le bétail ne peut pas prendre. Tu es reconnu et c’est sur cette reconnaissance que se fondent les violences que tu subis, depuis la certitude exprimée que toutes les ressources disponibles devraient être affectées aux projets de la communauté juive. Je te l’ai déjà écrit, si on me pensait aussi nulle que la disqualification pratiquée le prétend, il y a longtemps qu’on aurait organisé une rencontre entre nous deux, savourant par avance son échec total, convaincu que je ne serais pas à la hauteur. Pourquoi cet acharnement à t’empêcher de me voir ? Pourquoi ces surfacturations impensables ? Qu’expriment-elles, s’aggravant à chaque fois ?

L’autre paradoxe est là, dans cette reconnaissance à grands renforts d’impensable :conso d'eau 2018 notes conso d'eau 2017 notes

de ce que ce qui leur pose problème ne peut être solutionné de façon loyale. Où donc est la prétendue supériorité, en ce cas ? Si elle existait, elle prendrait sa place de façon aussi naturelle qu’indiscutable, et les applaudissements seraient aussi nourris, aussi admiratifs qu’ils l’étaient quand Gigliola Cinquetti a remporté l’eurovision en 1964. Personne ne peut prétendre que la valeur incontestable déplaît, bien au contraire, elle fait jubiler, elle est saluée, provoque le besoin d’exprimer l’écho, l’impact sur soi. J’écoute peu de vidéos, mais je n’ai pas souvenir d’avoir entendu si souvent que ça cette nature d’applaudissements que je trouve admirable. Qu’est-ce donc qui l’a provoquée ? Elle est infiniment émouvante, donne accès à une émotion pure. N’en avons-nous donc pas si facilement ? Je ne crois pas me tromper en observant cette particularité assez étonnante dans des applaudissements. Si je me demande ce qu’elle me fait à moi, elle me cloue au sol dans un mouvement passionné, ce qui semble contradictoire, ne l’est pas. Le mouvement est intérieur, dans le ressenti, dans le lien qu’il dessine entre ce qui est là et ce qui a précédé, étant de même nature. Elle donne le la de la vie, aussi fou que ça puisse paraître. Quand c’est juste, c’est comme ça. J’adore ce qu’elle exprime, je le sens totalement juste et beau. Qu’est-ce que la supériorité pourrait exprimer d’autre, si elle est véritable ? D’où vient le besoin de tromper, de manipuler, de contraindre, si ce n’est de l’usurpation, et quel intérêt a-t-elle ? Plus que tout, où peut-elle mener ? Si je reprends une nouvelle fois le GIF trouvé en ligne :

ExpulsionAnimatedJew

ce qu’il exprime est-il exact ? Ces incidents se sont-ils effectivement produits aux dates et lieux indiqués ? Quels étaient leurs points communs ? Il me semble que ce qui se joue actuellement est la répétition de ce qui a précédé. Que le problème est dans le refus de le reconnaître. Or qu’auraient à répondre à un tribunal qui les confronterait tes agresseurs ? Quelles motivations pourraient-ils présenter pour expliquer les actes qu’ils ont posés des décennies durant ? Les mêmes, il me semble, que celles qui ont provoqué les précédents incidents. J’écrivais en octobre 2011, et les termes de mon fichier expriment clairement que je m’adressais à toi, tout en cheminant, que la construction qui s’est mise en place à Salem un peu avant 1692 avait été conçue pour résoudre à un problème qui avait résisté à tout jusque là. Nous sommes en 2019, le projet de génocide conçu par Evelyn de Rothschild, et inscrit dans la pierre depuis 39 ans étant toujours visé par lui et ceux dont il s’est entouré pour le réaliser. Tout indique qu’il ne pourra pas l’être, mais ils refusent d’en démordre.

Le visent-ils réellement toujours, ou visent-ils à maintenir leur emprise sur toi pour empêcher que tu me voies ? Il faudrait peut-être qu’un jour ils se demandent ce que tu représentes pour eux, et ce que représente notre relation. Il me semble qu’ils y seront, de toutes façons, confrontés. Ils ne peuvent donc vivre indépendamment de toi ? Ça semble provoquant de le demander, mais comment comprendre autrement ? On pourrait imaginer qu’ils te laissent tomber comme une vieille chaussette. À ça près qu’ils savent qu’à l’instant où ils te lâchent, tu prends ta vraie place, celle-là qu’ils redoutent plus que tout. Evelyn de Rothschild aurait conscience depuis l’origine que tu es la réincarnation de Jésus et lui de Caïphe, le grand prêtre qui a provoqué sa mort, avec les autres prêtres du Sanhédrin, là où Pilate a tout fait pour l’éviter, Jésus ayant soigné son fils ? Il y a un jour où reculer ne sert plus à rien. Le fait d’autant moins que le GIF est précis dans les conséquences décrites.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 747

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher