Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 757

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 757

février 14, 2019 par Nicole Guihaumé

crash du mont sainte odile

Mon cher Bill,

L’hydrogène est une molécule, fait partie de H2O, la formule brute de l’eau, c’est tout ce que j’en sais. Pour autant, il semble que les survivants du crash du mont Sainte Odile lui doivent la vie. Des recherches sont effectuées, notamment par les sapeurs pompiers, sur ce qu’il peut apporter en matière de sécurité. C’est en faisant une recherche sur un de leurs responsables que j’ai trouvé un fichier de participants à un atelier réalisé par le site hyresponse.eu, ce qui a permis que cet aspect me soit souligné. J’ai envoyé différents mails à ce sujet, comprenant enfin comment s’explique le silence de celui que je crois très actif dans ce qui nous arrive, et que je choisis de nommer notre créateur.

J’étais étonnée de son laisser faire face à une telle violence, alors que ma certitude est qu’il permet ce dont il estime que ça peut provoquer, à terme, une évolution, empêche ce qui ne mène nulle part. Là, d’un coup, je découvrais que les promoteurs du génocide, comme les habitants de Nibiru, n’ont pas intégré cet aspect, et de ce fait, ne seraient jamais arrivés sur cette planète comme ils le projetaient. Je l’écrivais, suivant les signes présentés, sans m’arrêter à ce que je connais de leur manie du détournement, de la spoliation. Ils s’emparent par définition de tout sans jamais manifester respecter auteurs et découvreurs, comme si tout ce qui existait leur était dû.

On aurait pu penser, suite à ça, qu’ils laissent tomber, ne se manifestent pas, observant ce qui se met en place et pourrait leur permettre d’avoir la vie, à laquelle ils semblent tant tenir, sauve. C’était erreur. Cet aspect identifié, leur propos est de corriger leurs plans tout en les maintenant inchangés quant au reste. Le genre pervers est là poussé à son maximum, qui explique leur manie de l’espionnage sans lequel ils ne peuvent vivre. Le propos est de tout subtiliser, de ne jamais reconnaître l’autre et ses apports pour constamment pouvoir se prétendre sans égal, là où plus ça va plus leurs failles apparaissent évidentes.

À cette heure, donc, aucune solution quant à ta situation. Mon étonnement est lié à la mienne. Les charges indues sont toujours présentes dans mon espace locataire. J’ai fait venir l’huissier postérieurement à l’envoi du dernier courrier de Paris Habitat auquel je n’ai pas répondu, et qui me demandait 3546,11 euros, me suggérant de contacter la responsable de mon logement si je ne pouvais pas payer. Un accord pour passer lors d’une précédente permanence fin novembre avait semblé observé de près. J’avais un problème de jonction, une dizaine de jours, pas plus, et à l’instant même où je cherchais une solution pour le résoudre, j’avais reçu une floppée d’AR de non lecture de mails portant sur mon brevet envoyés par Deloitte. Le problème étant résolu, et passer à la permanence n’ayant plus de justification, je ne me suis pas arrêtée davantage. Je me demande aujourd’hui quel serait l’enjeu, si je passais, qui satisferait Deloitte et te bloquerait, ce qui est le but. Il serait question d’énoncer quelque chose qui ne doit pas être écrit, ni même verbalisé hors contexte.

Il me semble délicat de me parler ouvertement de génocide. Qu’elle me menace ouvertement me semble impossible, et j’ai la preuve de ce que mon compteur indique des consommations largement inférieures à ce qui m’est signalé. Par ailleurs, le dernier prétendu relevé de consommation, daté du 9 janvier, et portant sur les consommations jusqu’au 31 mai 2018, alors que la gardienne est passée le 4 octobre 2018 et que son passage a été pris en compte dans les avis d’échéance ultérieurs me met en position, si je ne voyais que cette personne, de la confronter à l’évidente aberration. Elle me demande une somme qui n’est plus due selon ce relevé et qui est reportée à l’échéance suivante. Quel est donc l’enjeu ? Quand la demande de contact a été envoyée, sachant que je n’ai évidemment pas cette somme, j’étais à jour de mon loyer, que je ne peux payer ce mois-ci en même temps que je fais l’assignation. Sinon, je suis à jour.

Suis-je supposée passer à sa permanence ou demander à la voir et être en fait confrontée à une autre personne ? J’en reviens toujours à la formulation, dont ce mail envoyé lâchement depuis l’adresse rutabaga@netcourrier.com et signé kip prétendait que ce n’était pas le propos :

mail rutabaga-kipman 25012019

Il y aurait tout de même une aberration, de la part de la personne qui m’a écrit à me prétendre que son responsable aurait signé par erreur un accord de conciliation qu’elle refuse de valider. Est-ce lui que je suis supposée voir à nouveau, en dehors de la présence d’un conciliateur, sans que ce soit énoncé par écrit, ni même annoncé avant ? Le jour de la conciliation, le conciliateur a dû sortir pour photocopier l’accord avant que nous le signions, et dans le bref instant que ça lui a demandé, j’ai subi ce qui s’apparentait à des menaces que j’ai repoussées en affirmant que nous étions dans un autre contexte. Dans ce bureau, et dans ce bref laps de temps, je le pouvais. Que pourrais-je faire, par exemple, si je me présentais, et qu’on m’empêchait de sortir tant que je n’aurais pas signé un document préparé ? Les menaces entendues le 21 janvier m’ont échaudée. J’aurais du mal à te les énoncer, le ton y ayant fait beaucoup, mais la conciliation a été dure, ponctuée par ma demande de voir rédiger un échec de conciliation, et ce bref instant où nous étions seuls ne m’a donné aucune confiance. Dès l’instant où je franchirais, aujourd’hui, la porte de l’agence, je ne peux rien affirmer quant aux possibilités que ça ouvrirait, seulement constater que c’est le but visé. On ne fait pas plus clair que ce courrier, évidemment abusif parce que dépourvu de tout fondement :

courrier Paris Habitat reçu le 01022019

J’ai mon assignation à rédiger, et elle est évidemment complexe. À mesure que le crash du mont Sainte Odile et son déroulement deviennent plus clair, identifier ce qu’il m’est nécessaire d’écrire pour obtenir l’instruction que je demande est difficile. Les charges présentées sont évidemment des biais, ce qui me mène à penser que tant que l’ensemble n’est pas énoncé, j’ai peu de chances d’aboutir, la nuance étant qu’assigner permet d’avoir une date d’audience fixée, et donc une confrontation directe à la réalité. Certes, j’ai déjà eu un échange direct et un accord a été signé qui n’est pas appliqué. C’était à la mairie, pas dans un tribunal.

Les victimes et survivants du crash du mont Sainte-Odile se retourneraient contre leurs avocats, avec le jugement qui a condamné Evelyn de Rothschild et ma sœur, sachant que lui bénéficiait de son immunité, ce qui a permis d’imposer silence, ce serait beaucoup plus facile pour moi. Ce jugement, apparemment, est antérieur aux procédures connues, a été prononcé suite à une plainte déposé par Tomi Ungerer, du fait que ce crash le visait, en même temps que toi. Je l’étais par le nom du lieu, sans le savoir. En fait ce choix visait à indiquer la raison du crash, le maintien de ton refus d’épouser ma sœur tant que tu ne me voyais pas. Mettons que demain elles posent cet acte, en même temps qu’une nouvelle instruction est obtenue, ma situation change complètement, et j’ai bien moins besoin d’agir.

Aujourd’hui, je pense risquée toute démarche qui ne serait pas strictement juridique et que je n’effectuerai pas, moi. Je peux t’écrire des lettres, envoyer des mails, tout en étant confrontée à la déloyauté habituelle. Monarobase chez qui j’ai une messagerie me renvoie mes mails de façon révoltante. J’ai pris un abonnement qui permet 500 mails par heure, sans que soit spécifié le nombre de destinataires, et pour Richard Hordern, son dirigeant, ça s’entend à un destinataire par mail, ce qui ne s’est jamais vu. Hier, j’ai eu un mail entier renvoyé avec la mention que ça semblait être du spam, adressé quasiment en totalité à des procureurs et conseillers d’état. Aujourd’hui, je ne dis rien, demain, je confierai tous les ennuis que j’ai eus avec les différents hébergeurs auxquels je me suis adressée en demandant qu’ils soient assignés.

Les blocages sont indéniables. La violence à la clé limpide. Je ne m’attendais pas, en allant à la mairie, au bref échange que j’ai eu pendant que le conciliateur faisait les copies. Totalement infondé, affirmant que mes mails pourraient m’exposer à plainte, quand c’est moi qui suis en position de me plaindre, que mes accusations étaient graves, et que je ferais bien de me méfier. La réalité est que 87 personnes ont péri, laissant leurs entourages endeuillés par la faute de chaque membre de cette mafia. Toutes les violences auxquelles je suis confrontée sont le fait de criminels, y compris en col blanc, y compris par procuration. Le plus pathétique est qu’à l’origine se trouve le prétendu médecin qui fut mon analyste et passe son temps à se vautrer dans une médiocrité qui ferait honte aux 7 milliards qu’il attend de pouvoir renvoyer ad patres. Cette époque veut que les prétendues élites puissent se vautrer comme jamais la plèbe ne l’oserait. Pire, elle en jouit. Victimes et survivants du crash du mont Sainte-Odile, qui en sont victimes directes, se mobiliseraient fermement, un changement pourrait être enclenché.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 757

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher