Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 775

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 775

mars 9, 2019 par Nicole Guihaumé

SMS Paris Habitat 05032019 et 08032019 en 200

Mon cher Bill,

Une parisienne, en charge de la culture à la mairie du 3°, exprime le ras le bol que je vis depuis des années, tout en ne l’adressant pas à la bonne personne, même si de prime abord elle le fait. Certes son renvoi à tous de mon dernier mail avec comme objet «STOP!!!!!!!!» est explicite, mais il ne ferait, s’il était suivi, que renforcer le problème, en aucun cas le solutionner. Or nous sommes collectivement confrontés à un enjeu de taille. Depuis le 21 janvier que je demande qu’on nous marie, ça aurait été fait, il n’y aurait plus de mail. En fait, depuis avril 2016, ma première demande de médiation, voire avril 2018, ma demande de conciliation directement adressée au tribunal. Je n’en ai pas eu de réponse, alors qu’un conciliateur a été désigné pour celle que j’ai demandée à Paris Habitat.

Le problème est indéniable, connu, non traité. Il ne concerne pas la France, pas non plus ton pays, les Etats-Unis, mais le lobby qui les a mis en coupe réglée, exerce sur les deux une emprise insensée qui porte tort à tous. Hier, je reçois ce SMS que j’ai repris dans mon dernier complément de Precisions :

SMS Paris Habitat 08032019

Precisions on Bill Gates’ situation 5, 03082019, 11 PM

je remarque, évidemment, la difficulté habituelle à le prendre en photo. J’ai fait l’erreur de ne pas transférer mon numéro de portable sur mon smartphone, depuis le désir de ne donner son numéro qu’à un nombre restreint de personnes. Résultat, c’est sur mon vieux samsung que j’ai les SMS avec date et heure. Seule possibilité la photo. Et pourquoi donc est-elle déréglée à l’instant où je la prends ? L’enjeu serait tel ? On sait tous qu’il est élégant, quand c’est possible, d’éviter qu’une des personnes concernées par un conflit perde la face, ce qui a tendance à en provoquer d’autres par le ressentiment qu’elle exprouve. Pourtant, régler le harcèlement que nous avons subi et subissons encore à ce jour ne permet pas l’économie de nommer ses auteurs qui, eux, multiplient les manœuvres pour annuler les violences qu’ils ont délibérément conçues pour t’imposer d’épouser ma sœur et de valider le génocide planétaire qu’ils visaient.

Le SMS reçu hier de Paris Habitat, tel qu’il était présenté, était illisible. Il en manquait un entre celui de mardi et celui-ci. Si je les mets côte à côte, c’est flagrant :

SMS Paris Habitat 05032019 et 08032019

une nouvelle fois, à réception, alors que j’étais loin du clavier, je me suis sentie mal, du fait qu’il me semblait être visée et qu’il m’est insupportable de prendre acte de ces agressions quand elle ne me sont pas adressées de façon indéniable, comme c’est le cas avec une facture extravagante, par exemple. Ça me met en situation de me prendre pour le centre du monde, ce qui n’a jamais été ma pente. Je ne peux que constater, par exemple, ce matin, que je suis dans ma chambre, pli que je prends maintenant quand mon voisin, par sa toux manifestement utilisée comme langage, fait des siennes. Il est là depuis 2012, et je ne l’ai jamais supporté, tant, très vite, il est apparu qu’il n’y était pas par hasard, se mettait, par exemple, à chanter la Marseillaise, y compris en pleine nuit, au moment précis où je posais un acte qui dérangeait. Depuis plusieurs mois, le biais utilisé est une toux qui n’a rien de naturel, peut n’exister qu’à l’instant où j’écris quelque chose qui dérange. Si je reste au salon, j’y ai droit. Seule solution, ma chambre, les deux portes fermées.

En quoi pourrais-je être visée par un SMS de mon bailleur dont la formulation suppose qu’il soit adressé à tout l’immeuble ? Il est question de fuite dans le réseau de chauffage enterré. Il faut une fuite de taille pour qu’elle demande de priver d’eau un immeuble entier. Depuis 20 ans que je vis dans ce logement, jamais nous n’avons eu ce luxe de détails. Quand il y avait panne ou privation d’eau, nous avions juste une affiche dans le hall qui nous en informait, voire, en cas de gêne importante, un mot dans les boîtes aux lettres, sans plus. Du reste, aujourd’hui, j’ai de l’eau, contrairement à ce qui était indiqué. Quand j’ai vu ce SMS, je me suis connectée pour vérifier, et immédiatement, Precisions m’a été présenté, comme il l’est quand il y a demande que je le complète, ce qui me permet de vérifier ma compréhension, en testant ce que j’écris paragraphe à paragraphe, comme je le fais, du reste, de principe. Le propos, donc, était de tenter de faire passer mes surfacturations en incident provoqué par une fuite. Donc de nier les violences pensées et exercées trois années durant.

Je ne cesse de te l’écrire, ce qui me surprend dans tout ça est la relation à toi. Encore une fois, je ne parle ni de la France, ni des US, mais des auteurs du harcèlement. Ils s’acharnent contre moi depuis juin 1990, contre toi, j’aurais tendance à donner la même date, mais plus manifestement depuis le crash du mont Sainte Odile, le 20 janvier 1992. Entre juin 1990 et cette date, tu as du être accueilli à bras ouverts, ta relation avec ma sœur être encensée et encouragée. Si ce crash a été conçu pour te contraindre, cependant, il ne peut qu’avoir été précédé de menaces, donc l’idylle merveilleuse a très peu duré. Qu’espèrent ou que prétendent ceux-là qui se sont considérés légitimes à commettre de telles intrusions dans ton intimité, Kipman, Attali, Netanyahu, Buffett, Lagarde, Evelyn de Rothschild, Vergnes, notamment ? Remettre les compteurs à zéro après pareilles violences est impossible, l’est d’autant plus qu’ils n’ont cessé de t’envoyer des SMS de menaces, y compris des menaces de mort, que Christine Lagarde a envoyé ces mails prévenant de chaque false flag prévu, au cas où tu n’accepterais pas d’épouser ma sœur. Cherchent-ils un appui auprès de moi pour te contraindre à accepter une version qui effacerait leur violence ? Si le propos de la prétendue fuite était de la rendre responsable des surfacturations qui m’ont été adressées, j’imagine qu’un échange était prévu pour l’entériner. Mon voisin aurait chanté la Marseillaise à tue-tête et j’aurais été censée comprendre qu’il faut préserver l’image de la France, négocier une sortie de crise, une narration que j’imposerais, moi. Une nouvelle fois te castrer symboliquement par la personne dont tout indique qu’elle sera proche de toi, qu’on te l’ait imposée ou qu’on n’ait pas pu l’éviter. Donc tenter d’obtenir de moi ce qui était visé avec ma sœur.

Tu te doutes que je n’accepterai jamais, ce qui me contraint à poser ces actes, certes, difficiles, mais nécessaires, pour exprimer mon opposition à ces manœuvres. J’ai donc complété Precisions. Un des moyens de me faire passer de l’information concerne l’ordre dans lequel le fichier d’images que j’ouvre paraît quand je veux en insérer une. Il m’arrive de le louper à force de fatigue. C’est très bref, seule la copie permet de voir, comme celle-ci, prise hier :

fichier images quand j'en insère une 08032019

Les images qui paraissent ont toutes trait aux violences policières exercées dans le cadre des Gilets Jaunes. J’ai donc vérifié, il fallait alerter pour éviter qu’il y en ait aujourd’hui. C’est à ce mail que répondait Linda Lew qui, par ailleurs, m’a renvoyé ces AR de lecture :

AR linda.lew@paris.fr 25022019-09032019

Le mail en réponse à tous ne figure pas dedans. Comme ça s’était déjà produit avec Anne-Marie Le Guern de l’IFSTTAR, elle a répondu à tous, sauf moi, sans réaliser que j’ai une adresse alternative dans la liste. Je l’indique de principe, sauf oubli, pour pouvoir vérifier si le mail est bien parti, ce qui n’est pas toujours le cas. De ce fait, j’ai reçu son mail. J’imagine que d’autres font des réponses de même nature en veillant à enlever mon adresse alternative. Ce qui est à tout le moins choquant est que tu me fais confirmer que les Gilets Jaunes ont été initiés par Attali et son gang, que la couverture de The Economist, The world in 2017 l’annonçait. Le mouvement les a ensuite dépassés, et il est impossible de considérer les violences policières qui ont eu lieu comme dépourvues de lien avec ce projet annoncé à toute personne informée de la réalité par The Economist. Ces violences sont langage pour affirmer être au contrôle, sont littéralement monstrueuses, visent à communiquer que le projet de génocide planétaire est toujours actif. Donc à me contraindre, moi, si je pense que celles qui étaient prévues aujourd’hui étaient en représailles au refus que le complément de Precisions exprimait de masquer ce qui m’a été fait en validant la narration selon laquelle ça aurait été provoqué par une fuite qui aurait duré 3 ans, et serait passé inaperçue jusque là. Autrement dit, il semble établi que toute femme qui sera proche de toi sera la marionnette du lobby sioniste. Je ne le serai en aucun cas.

Cette nuit, il m’est arrivé une chose troublante, de celles qui m’arrivent maintenant, de plus en plus souvent. J’ai eu un visage d’homme très précis, alors même que je ne l’ai jamais vu. Jusqu’à son habillement était net, et j’observais que je ne sais pas comment on nomme ce tissu dont était fait son manteau, qui semble moucheté très fin noir et blanc. Cet homme semblait mandaté pour me régler mon compte, et l’impression de réalité était nette. Je ne suis pas bonne observatrice, aujourd’hui. L’ai-je jamais été, je l’ignore. Te décrire ce visage pourtant net cette nuit m’est impossible. Par contre la sensation était indéniable, le propos, ancré, de me contraindre à te manipuler, ce qui donne de toi une image connue d’incorruptible auprès de qui seule une femme pourrait agir, à condition d’être proche de lui, avec son accord ou non. Ma sœur ne l’avait manifestement pas, puisque tu n’as jamais accepté de l’épouser. Il semble que tu aies maintenant l’accord d’un maire pour nous marier, seule ma carte d’identité, périmée, posant problème. J’ai rendez-vous lundi à la mairie pour la refaire, et une fois la démarche faite, sous dix jours maximum, il me semble que je l’aurai. Le propos serait donc d’ici là de me contraindre, avec menaces, si nécessaire, ce que cet homme perçu cette nuit, représenterait ?

Quand le voisin, hier, a remis ça avec sa toux, j’ai, une nouvelle fois, été étonnée. J’ai déjà écrit des mails à son sujet, je pense l’avoir évoqué dans les lettres que je t’écris. Chanter la Marseillaise en pleine nuit quand sa voisine remplit une plainte FBI ne laisse aucune place au doute. Or je suis foncièrement loyale, ne porterai en aucun cas tort à mon pays, qui n’est pas responsable, subit une emprise qui s’est mise en place par tromperie. La première des loyautés est de l’en défendre, de faire la distinction entre la France et le lobby qui la met en danger depuis des décennies, représenté par exemple par Laurent Fabius et Robert Badinter, si je pense à l’immunité qu’ils ont exigée de François Mitterrand pour Evelyn de Rothschild en la fondant sur le talmud en 1986, par Jacques Attali depuis qu’il sévit, et je ne pense pas me tromper en écrivant par les trois derniers présidents que nous avons eus, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Emmanuel Macron. Être loyale à la France, et donc respecter l’hymne national suppose de préciser cette distinction. On retrouve là le thème du GIF si souvent présenté :

ExpulsionAnimatedJew

on ne résout pas un problème en le travestissant, ce qui est visé. De la même façon que j’aurais préféré que tu te suicides plutôt que d’épouser ma sœur, si tu y avais été contraint, pour que le génocide soit perpétré en ton nom, je préfère être assassinée, si le risque existe, que te manipuler pour y mener. Apparemment, obtenir que je prenne cette place est maintenant le but visé. Je ne le ferai jamais. Ma stupéfaction reste identique : face à toutes les preuves de ce que son projet est refusé, se heurte à une opposition frontale, ce lobby s’imagine parvenir à ses fins, en continuant comme il l’a fait jusque là, notamment avec les assassinats de Lincoln et JFK, le naufrage du Titanic dans une logique selon laquelle les opposants qui ne se soumettraient pas seraient assassinés, soit directement, soit dans une mascarade, si je pense au Titanic. La différence est que nous avons des moyens de communication qui n’existaient pas du temps de JFK et que je t’ai écrit toutes ces lettres, et ce fichier Precisions on Bill Gates’ situation, que j’ai envoyé ces mails. Ils existent. Je reçois, dans nicoleguihaume.biz, des AR de non lecture de mails envoyés il y a trois ans, en 2016, première année où j’ai eu ce domaine que je n’ai pas renouvelé à ce moment, ayant des problèmes avec l’hébergeur, pour changer. Je le reprends deux ans plus tard, reçois des AR de non lecture de mails de 2016 qui, donc, ont été gardés depuis. Personne ne peut prétendre savoir ce qui a été fait de mes écrits. Ils peuvent tenir sur une très petite clé. N’importe quelle personne ayant un cerveau en bon état de fonctionnement et me lisant, même sur une période de trois mois seulement, sait que je te suis solidaire, dénonce ce qui t’a été fait depuis juin 1990, et que je suis farouchement opposée à tout ce que fait ce lobby, considère qu’il met en danger la planète et doit être recadré.

Si j’ai bien compris, tu t’y emploies, et c’est la raison pour laquelle en très peu de temps des visages se sont mis à m’apparaître, que je n’ai pas vus depuis des décennies, depuis ceux de certains élèves qui étaient avec moi en 5° à Montaigne -Michel Balazard, Antoine Piétra-, jusqu’à celui de ma belle-soeur, non vue depuis 1997. Une défense s’organise, qui vise à me faire paraître problématique depuis toujours, par des témoignages de commande de personnes qui m’ont à peine croisée, avec lesquelles je n’ai quasiment pas échangé, tandis qu’en parallèle d’autres seraient demandés par rapport à mes aînés pour présenter une famille dans laquelle j’aurais été le problème, quand il n’y en aurait eu aucun autre. La difficulté est qu’on connaît dans les familles la propension à prendre un enfant pour cible, ce qu’on nomme le patient désigné, mais en ce cas, il est la première victime du système familial. De plus, j’ai été adressée à Kipman par Couvreur, pédiatre réputé qui suivait notre famille depuis 1969, raison pour laquelle je me suis adressée à lui pour lui demander des coordonnées en décembre 1980. Kipman avait donc tous les moyens de savoir ce qui avait été saillant. Couvreur savait que j’étais la seule des 5 à avoir appris le même jour, en même temps, que nos parents étaient divorcés, notre père remarié, père de deux autres enfants, et que j’avais injonction de ne pas lui dire que je le savais, lors du tiers temps qu’il faisait chez nous, et que lui ayant parlé en 1980, je me suis sentie très mal et ai fait cette demande d’aide. C’est tout. En 1976, après que j’ai appris divorce, remariage et enfants, il m’a prescrit des antidépresseurs et somnifères parce que je ne tenais pas le choc. J’ai été plus que mal. En 1980, il m’a adressée à Kipman, en réponse à ma demande de personne qualifiée.

Par ailleurs, une des caractéristiques de notre famille qui semble avoir été plus nette après que papa a commencé à avoir des maîtresses, ce qui a commencé, il me semble, autour de ma naissance, avec une première qui s’appelait Ghislaine, est sa fermeture. Les deux aînées ont côtoyé nos oncles et tantes, les derniers beaucoup moins. Si j’ai appris le divorce en 1976, il a été prononcé en 1968, et à partir de là au minimum, les activités extra-scolaires ont été exclues, nous n’avions comme ancrage que notre scolarité. J’ai participé à deux booms en 5°, il n’y en a pas eu de troisième, papa s’y opposant, du fait que nous vivions en HLM, que je ne pourrais pas rendre la pareille. Je crois que Françoise, l’aînée, a eu des contacts plus importants que les suivants en dehors des cours, mais sinon, je suis d’une fratrie qui a très peu fréquenté ses pairs. Pas d’activité extra-scolaire, pas d’invitation à la maison, Toussaint, Pâques et les grandes vacances cloîtrés au mas. Aller présenter des décennies plus tard des témoignages de camarades de scolarité tant de mes aînés que de moi me semble relever d’une escroquerie caractérisée.

Il y a un problème indéniable qui ne peut être effacé, doit être traité dans sa réalité. Il me semble qu’il y a des autorités, dans ce pays, qui, sorties de la contrainte qu’elles subissent, peuvent parfaitement s’y atteler. Jusque là, notre politique semble avoir été entièrement contrôlée par la menace d’utiliser Dimona. Donc de perpétrer une catastrophe nucléaire, si nos élus ne cédaient pas. Le problème que pose ta probable élection comme président US dès l’instant où tu te présentes sans subir de curatelle et sans que je sois utilisée pour te manipuler, si nous nous marions et que cette union débouche sur une entente stable et respectueuse, comme je le souhaite et suis déterminée à m’y employer, a des conséquences sur le monde entier. En fait, ce n’est pas un problème, mais une solution. Il faut une autorité saine pour restaurer un ordre mis à mal depuis au bas mot Salem. Tu es en position de la représenter. Si je ne te connais pas, je sais ce que tu subis, et je connais, pour une part, la façon dont tu y réagis, en mobilisant tout ce que tu peux pour faire connaître ta réalité. Ma position est claire : je suis secondaire, et le resterai. Encore une fois, rester à sa place, et refuser toute usurpation me semble être une règle de base de la vie commune. Je peux être une compagne attentive, respectueuse, répondre à tes demandes. En aucun cas aux demandes illégitimes d’un autre, ce qu’il est tenté d’obtenir. Je pourrai ultérieurement te représenter, en aucun cas représenter quelque autre que ce soit auprès de toi.

J’en reviens toujours à ces notions de place et de frontières. La légitimité me semble être une donnée centrale, ce que j’ai mesuré pour la première fois, je crois, en lisant Scott Peck, son livre Le chemin le moins fréquenté. Il faut des repères pour avancer, celui-ci en est un. Tu es visé depuis juin 1990, en fait, bien avant par le contrôle exercé sur tes amours. Quand tu m’as remarquée, j’étais une inconnue, et nous nous serions vus, à ce moment, j’aurais, au maximum, pu être la conjointe que tu aurais choisie et qui, de ce fait, devenait connue de tous, en aucun cas une femme qui aurait eu une position sociale avant de te connaître, et la différence est de taille. Me donne cette place secondaire qui ne pourrait changer, sans que ça m’en donne la première évidemment, mais qui ne pourrait changer que par des actes que je poserais et qui, émanant de moi, me singulariseraient au niveau public. Le brevet que j’ai par rapport à la réincarnation en est un, mais il n’est pas connu. Demain il l’est, je peux poser des actes indépendamment de toi, dans ce domaine précis, j’y suis légitime, puisque ce sont mes recherches. Autrement, non, tu es celui qui a le pouvoir de décision, et je n’interférai en aucun cas, ce qui serait trahison. Je nous pense tous les deux en total accord par rapport à ces notions que je tiens à respecter, et qui me semblent devoir être prises comme règles de base. Inutile de dire que j’attends de te connaître, enfin, ce printemps, apparemment.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 775

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher