Fil RSS

Lettre à Bill Gates, 777

Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 777

mars 10, 2019 par Nicole Guihaumé

faisons-de-Paris-la-ville-de-lamour-sans-sida

Mon cher Bill,

J’ai confié maman aux bons soins de Michel. Je les crois largement supérieurs à ceux qu’elle a reçus ici. Je devrais écrire subis. Tu en sais plus long que moi, mais il me semble que depuis des années elle n’a plus été considérée que comme possibilité de me disqualifier, ce qui n’était pas gagné parce qu’elle m’a beaucoup aimée, plus comme moyen de me contraindre par l’affection que j’ai pour elle. Son décès met un terme à ces années pendant laquelle de mère elle est devenue enjeu, sans plus exister comme elle l’avait fait jusque là. En 2012, elle me demandait de l’aide parce qu’elle ne comprenait plus rien à ses relations avec mes aînés, doutait beaucoup, et il y avait de quoi. Entre 2015 et son décès, je ne l’aurai pas vue. Son cauchemar est fini, qui a été suivi, par réflexe, pour moi, de l’effacement des adresses de mes aînés et de leurs familles. Si je n’avais pas consciemment jusque là associé le fait de les mettre en copie de mes mails avec maman, son décès pour moi, signe et confirme encore, si nécessaire était, que je ne les reverrai jamais.

Je me demande, évidemment, ce qu’ils foutent dans ma vie. Tu ne les supportes manifestement pas, et ils campent dans la tienne. Sont-ils nécessaires à la solution de ce conflit insensé, eux que je perçois depuis le départ comme indésirables ? Je ne le pense pas, on ne garde pas une équipe qui n’a apporté que des problèmes, et c’est la réalité. Le fait est que ma sœur Guizard te tient par son torchon de curatelle, ce que je ne sais pas comprendre. Elle ne peut plus prétendre te contraindre à l’épouser, du fait de mon opposition et de la demande en mariage que je t’ai adressée, suffisamment copiée pour être connue, mais mes démentis ne suffisent pas à annuler cette décision d’une illégalité sans équivalent. Pour autant, ce conflit doit être résolu, ne peut l’être, apparemment que par notre mariage, et le maire qui semblait s’être engagé à le sceller te fait maintenant défaut. Il me semble reconnaître le même refrain depuis des années. Une avancée semble acquise, avant d’être annulée. Derrière, constamment, la détermination du lobby sioniste à s’imposer en toute illégalité, et là, ma position est des plus particulières.

Je ne pense pas crédible que les membres de cette mafia soient respectés, vues leurs méthodes. Pour autant, ils paraissent comme élites, noyautant tout. Tu figures à leurs côtés, contraint et forcé, alors qu’ils te dégoûtent au minimum autant que moi qui les considère comme ce que l’humanité a connu de pire. Leurs méthodes excluent littéralement des échanges normaux. Il m’arrive de repenser stupéfaite à l’été 2017, alors que je ne cessais d’envoyer des mails alertant des menaces de mort que tu subissais, et que cette campagne d’affichage «Faisons de Paris la ville de l’amour sans sida» n’en finissait pas de durer, exposait de loin, pour la myope que je suis, «Faisons l’amour» la taille des caractères choisie pour les autres mots étant bien plus petite. J’ai fini par vérifier si c’était langage, si cette campagne visait un but. Les violences que tu subissais se seraient arrêtées si j’avais accepté de partouzer. Ça me révulse encore, et en dit très long sur la mentalité à l’oeuvre. On ne peut pas se comporter de façon aussi répugnante et prétendre au respect. En clair, pour moi, ils y ont renoncé depuis longtemps, attendent de régner par terreur et tromperie quand ça n’est pas adhésion à leurs théories délirantes.

Le propos est donc que la masse les respecte par manipulation, notamment des médias qui les présentent sous une image totalement fausse, tandis que les élus et hauts fonctionnaires les subissent. Mon incompréhension, et je ne cesse d’y revenir concerne tant ma place que ta réalité. Ils te tiennent, certes, mais ne peuvent t’empêcher de maintenir ce contact indirect avec moi et les demandes directes que je formule en nos deux noms. Tout se passe comme s’ils avaient besoin de moi, tout en se refusant à énoncer ce qu’ils cherchent. C’est à ce niveau que je me demandes aussi quelle est la place qu’occupent pour eux mes aînés alors qu’ils n’ont pas les moyens d’obtenir quoi que ce soit de moi, et que même le plus borné avait les moyens de le comprendre depuis longtemps. J’ai évidemment vérifié au clavier si la mort de ma mère avait été provoquée par action délibérée pour l’obtenir. Le moment le signait. Je n’ai pas eu une seule information la concernant depuis qu’elle était sous tutelle, à part celle de sa mise en EHPAD, le 27 avril 2015, puis d’un coup, exactement au moment où les tensions par rapport à Paris Habitat sont maximales, quatre jours avant sa mort. Quand j’ai téléphoné, l’infirmière m’a dit aller dans sa chambre pour que je lui parle, et là, elle tenait son téléphone, parlait avec une autre personne des soins apportés. J’ai reconnu la voix de ma sœur Bourdarot, raccroché.

En juillet 2012, un soir, j’ai vu maman aller aux toilettes, revenir, puis recommencer, sans arrêt. Deux infirmiers se relayaient pour lui faire la toilette et s’occuper d’elle, quand j’ai eu le malheur de manifester me soucier de sa santé, je me suis vertement fait recadrer. Je partais donc du principe qu’ils géraient, et la digestion, ses conséquences concrètes, me semblent faire partie des aspects qu’on vérifie de principe quand on s’occupe d’une personne âgée. Elle avait 91 ans. Ces allées et venues me permettaient de vérifier de façon plus précise, et de l’emmener à l’hôpital. Elle avait, m’a dit le médecin qui nous a reçues, une semaine de selles dans le ventre, ce qui n’avait pu qu’être provoqué ou laissé intentionnellement. Il a fallu une purge, du fait qu’elle était bloquée. C’était au moment où tout était tenté pour me contraindre à quitter son logement, là où elle me demandait, elle, de rester le plus longtemps que je pouvais. Je savais donc que la mettre mal pour m’atteindre ne posait de problème à personne, ce qui semble avoir été à nouveau le cas. Tu me fais savoir que sa mort n’a pas été naturelle. Le but était de me faire descendre. Je la porte dans mon cœur, mais je n’irai évidemment pas à son enterrement. T’avoue ma curiosité par rapport aux deux placements qu’elle avait faits depuis fort longtemps pour qu’à son décès nous ayons une somme relativement importante, qu’elle me citait, ce qui avait le don de m’agacer. Je suis curieuse de savoir si mes aînés iront jusqu’à m’en spolier, sachant que je ne les reverrai jamais.

Où en sommes-nous, maintenant, alors que depuis 2014, ils tentaient d’obtenir que je les recontacte, lui ont massacré sa fin de vie depuis 2015 dans le but de l’obtenir par elle ? Ils ont perdu leur moyen. Pour moi, la page est tournée encore plus définitivement, même si elle l’était déjà. J’espérais que nous pourrions l’emmener, prendre soin d’elle. Quand j’y pensais, je ne pouvais que considérer que ça leur donnait un motif de contact. Je le savais. Nous ne l’emmènerons pas, elle nous a quittés. Ils l’ont butée. Une de plus pour le palmarès Kipman, Attali, Vergnes, Lagarde, le gang, ou du moins ses têtes, côté français. Demain ? Quel demain avons-nous, toi et moi ? Pour moi, si la terre devait les subir davantage, je préférerais déguerpir de moi-même, aimant trop la vie pour la subir plus encore massacrée. Je ne crois pas, cela étant, qu’ils puissent s’imposer comme ils le visaient. Nous sommes, il me semble, face à une guerre d’usure. Ils ne peuvent rien faire sans toi, et tu manifestes vouloir m’épouser, ce qu’ils empêchent pour s’imposer par contrainte, conscients que nous les méprisons autant l’un que l’autre. Alors ? Il me faut trouver un maire qui accepte de nous marier. La folie est que quels que soient tes sentiments par rapport à moi, aujourd’hui, la curatelle te contraint de façon telle que je suis la seule que tu pourrais épouser, si tu refuses Guizard, comme tu le fais depuis 28 ans. On te présente publiquement toujours marié à Melinda dont tu sembles divorcé, et à qui tu n’as jamais été marié que par contrainte, pour t’humilier et assurer la transition entre ton célibat et le mariage avec ma sœur qu’on voulait t’imposer.

La différence notoire entre elle et moi semble être que je n’ai aucun besoin d’elle, là où elle ne peut rien sans moi, les curatelles ayant été fondées de façon répugnante sur moi. Que je les nie ne suffit pas à en obtenir l’annulation, mais l’empêche de t’épouser. C’est le seul aspect, il me semble, sinon, elle peut continuer à abuser de toi d’une façon difficile à me communiquer indirectement mais la curatelle qu’elle détient par rapport à toi ne se contente pas de te donner l’obligation de l’épouser. Elle t’impose, par exemple, de soutenir Israël et le sionisme, ce qui est totalement illégal. Elle est donc, pour elle, un atout à faire valoir à ce niveau. Reste qu’elle existe depuis 2003, que nous sommes en 2019. Mon étonnement est toujours identique. À terme, il ne peut qu’y avoir résolution, ça ne peut pas durer éternellement. Il y a risque, au moment de ladite résolution, d’être confronté juridiquement, et tout acte posé entre maintenant et ce moment ne fera qu’allonger la liste déjà très longue. On est dans le statu quo que prônait Attali dans cette vidéo, mais le contexte est très différent.

Si je regarde les derniers mois, Paris Habitat occupe une place centrale, et ma compréhension est que maman a été butée quand ils se sont rendu compte que ça ne marchait pas. Il y a ces deux placements qu’elle a faits depuis des années. J’en ai des références dans les papiers rapportés de Montpellier en 2012. Me spolier une nouvelle fois serait dangereux, il me semble. Si j’ai ma part d’héritage, Paris Habitat ne peut pas m’atteindre. Contrainte, je pourrais leur balancer leur 3544,73 euros orduriers, à charge de les y confronter plus tard, avec le constat d’huissier. Impasse serait plus juste que statu quo. Pour eux, plus encore que pour nous. Je peux passer mes journées à chercher un maire. Je finirai bien par en trouver un qui soit en position de prendre le risque. Sans cesse, j’ai ça en tête. Tu te manifestes incorruptible par la résistance que tu opposes depuis toutes ces années. J’ai ces côtés raides que je me reproche quand ils s’expriment trop bruyamment, ce qui leur arrive. Je ne supporte pas qu’on tente de me manipuler ou de me contraindre. Ensemble, nous devrions pouvoir bâtir un couple solide et stable, un socle dans lequel nous pourrons puiser de la force, tant l’un que l’autre. Je sais que buter fait partie de leurs méthodes depuis toujours, sans lesquelles on n’aurait jamais entendu parler d’eux. Pour autant, ils risquent de plus en plus gros, il me semble.

Que peuvent-ils, aujourd’hui ? Ils ont mis tous leurs œufs dans un seul panier, le tien. Échouent, alors que toute personne en position de pouvoir qui ne les apprécie pas les subit, eux et leur folle arrogance, pourrait réagir très promptement, à l’instant où les recadrer deviendra possible. On n’est pas loin de la disgrâce. Leur attitude actuelle vise-t-elle à l’éviter, est-ce ça, le but ? Mil questions, peu de réponses. Un fait. Maman n’est plus. Je ne t’écrirai plus que je souhaite que nous l’emmenions. Ils ont perdu ce joker sur lequel bien des espoirs étaient fondés. Demain ? Je t’attends, tu le sais, après-demain comme demain, s’il le faut. La liste s’allonge, sans qu’aucun bénéfice ne soit atteint, de leur côté, à part leurs minables manœuvres pour me bloquer mes mails. Online.net, c’est Xavier Niel. Je ne l’avais pas vu. On paie, ils bloquent, ne remboursent pas, on est dans le doigt d’honneur par principe. Il me semble pourtant qu’ils ont abattu toutes leurs cartes, qu’aucune ne marche. Qu’apportent-ils ? Leur destruction par principe de tout ce qui n’est pas eux. Leurs éternelles prétentions dépourvues de tout fondement. Leur pouvoir, aujourd’hui, te bloquer. Je ne crois pas que ça puisse durer éternellement, et ils ne peuvent rien attendre de moi. Tout crime important, maintenant, ne peut que leur être relié, d’une façon ou d’une autre, sachant que ce «leur» a un nom, un visage, une adresse, que des comptes peuvent juridiquement lui être demandés. Je suis curieuse de l’avenir, mais pas inquiète.

Je vous embrasse fort, toi et les tiens,

Nicole


Commentaires fermés sur Lettre à Bill Gates, 777

Désolé, il n'est plus possible de laisser des commentaires.

Ce blog

Il prend la suite de précédents qui furent abusivement fermés. Le premier que j'ai eu, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, ouvert le 29 novembre 2008, alors que toute discussion sur le 9/11 se heurtait sur les fora à diffamation et blocage, avait évolué. Il m'était protection nécessaire, du fait du harcèlement évoqué à nouveau sur celui-ci, dénoncé dans des plaintes FBI depuis le 31 décembre 2013, après que mes plaintes en France et près la CEDH ont échoué (classement le 14 février 2012). Les dernières plaintes FBI sont ici : http://1drv.ms/1Ff2Arp

Ce premier blog, http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/, qui fut le plus investi, et son administration, ont été abusivement fermés par over-blog le 24 décembre dernier pour harcèlement d'une hot line qui n'a jamais existé. Je ne peux donc pas garantir les éventuels éléments qui pourraient en être présentés, n'ayant jamais pu le sauvegarder, piratage oblige.

Il a fait l'objet de plaintes que je considère abusives, notamment par la licra, pour les notes déposées ici: http://1drv.ms/1c9TrEP et que je reconnais puisque ce sont des impressions PDF faites après mise en ligne.

Il y a deux plaintes :

- La première a donné lieu à une audition prévue pour le 7 août 2014. La veille, 6 août, j'ai reçu cette lettre de Microsoft : http://1drv.ms/1cE5T0n, qui, se référant à une plainte IC3-FBI dans laquelle je dénonçais le harcèlement, me souhaite d'obtenir satisfaction. Je considère la convocation -donc la plainte- et la lettre indissociables, d'autant plus que Steve Ballmer a démissionné deux jours après mise en ligne de cette note qui dénonce aussi le harcèlement:
http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
NB : la note ne semble plus accessible, elle est dans ce dossier : http://1drv.ms/1f3KzCD
Titre choisi sous pression: Comment j'ai été prise pour cible d'un harcèlement visant à casser Bill Gates.

Cette lettre, reçue le 6 août, veille d'audition PJ, m'a été envoyée après nombre de mails évoquant tant le harcèlement que les manoeuvres de la presse pour empêcher Bill Gates de rendre public son désir de reprendre sa place de CEO de Microsoft. Je communiquais ces copies d'écran de mes notes dans ses actus: http://1drv.ms/1QXZpbG.

- La deuxième plainte émane de la licra. Je la pense initiée par Paul Maurer, internaute qui me diffame depuis que je signale le harcèlement, ce que j'ai commencé à faire le 19 avril 2010 par ce référé liberté :
http://1drv.ms/1dvzObj

A noter que j'ai des problèmes de formatage auxquels je ne trouve pas de solution. Déjà, envoyer un billet peut être difficile, mais ensuite, il arrive que je ne regarde pas immédiatement. Quand la police passe en plus petit, ce qui se produit là où un changement de paragraphe manque, ce n'est pas de mon fait, et je n'y peux rien. Je peux tenter de corriger, en renvoyant, ça ne change rien. Il ne faut pas en tenir compte.

Catégories

Archives

Rechercher